Les Français ont depuis toujours la culture de l’épargne. Que ce soit pour améliorer leurs revenus ou préparer leur retraite, les Français mettent de l’argent de côté. D’ailleurs, d’après les sondages, ce sont les champions européens de l’épargne.

Au-delà de la sécurité, l’épargne permet aussi de se constituer un patrimoine, faire fructifier son capital, payer moins d’impôts, protéger sa famille, développer son activité professionnelle, etc.

Que vous soyez salarié, travailleur non-salarié, microentrepreneur ou dirigeant d’entreprise, trouvez des solutions d’épargne fructueuses pour vous constituer un complément de revenus et préparer votre retraite. Découvrez nos conseils pour mieux placer votre argent.

secteurs du crowdfunding où investir

Le Crowdfunding

Né au début des années 2000, le crowdfunding ou financement participatif est un outil de financement qui consiste à faire appel aux internautes afin de financer un projet. Celui-ci peut être de nature culturelle, artistique, éducative, entrepreneuriale, etc. Le crowdfunding peut prendre plusieurs formes : dons avec ou sans contreparties financières, prêts gratuits ou rémunérés, participation dans une entreprise…

Investir dans le crowdfunding rapporte plus que les placements classiques, avec un rendement qui varie généralement entre 3 % et 12 %. De plus, les risques de perte de capital sont minimisés par rapport aux placements en Bourse. En effet, grâce à l’expansion du crowdfunding, les plateformes maîtrisent de plus en plus la gestion des risques. Par ailleurs, la diversité des projets proposés permet de diversifier les placements, réduisant encore plus les risques.

Le financement participatif a connu un essor fulgurant ces dernières années. En moins de 5 ans, les montants collectés ont été multipliés par 6, passant de 167 millions € en 2015 à 629 millions € en 2019.

TOP 10 des meilleures plateformes de crowdfunding
TOP 10 des meilleures plateformes de crowdfunding

Le crowdlending

Branche du crowdfunding, le crowdlending consiste à prêter directement aux TPE/PME pour financer leur croissance. Les investisseurs reçoivent un rendement régulier tous les mois ou tous les trois mois composé d’une partie du capital et des intérêts dont le taux est fixé à l’avance. Certains prêts in fine prévoient le capital et le versement des intérêts en une seule fois, à l’échéance du prêt. Si le projet n’aboutit pas (le montant espéré n’a pas été atteint), l’argent investi est remboursé.

Les revenus issus du crowdlending sont considérés comme des revenus du capital. À ce titre, ils sont soumis au prélèvement forfaitaire universel ou Flat Tax à 30 % (17,2 % de prélèvements sociaux et 12,8 % de prélèvement fiscal). Ils sont déclarés au moment de la déclaration de revenus dans la catégorie des « Revenus des valeurs et capitaux mobiliers » à la ligne « intérêts des prêts participatifs et des minibons ».

Younited Credit, October, Credit. fr… sont des plateformes de crowdlending sur lesquelles vous pouvez prêter aux entreprises.

Pour minimiser les risques, il est important de diversifier ses placements et de choisir des projets à moindre risque (secteur d’activités, degré de maturité…). Il est également important d’investir sur plusieurs plateformes et bien entendu de bien les choisir.

Le développement durable

Depuis plusieurs années, le développement durable est au cœur des préoccupations des Français, et plus largement des Européens. Pour inciter les épargnants à participer à cet enjeu écologique, des plateformes de crowdfunding dédiées au développement durable commencent à se développer.

Le taux d’intérêt varie entre 5 % et 10 % en fonction du niveau de risque du projet.

En avril 2017, le ministère de l’Environnement et Financement Participatif France (FPF) a mis en place un label green du crowdfunding : « Financement participatif pour la croissance verte ». Il est présent sur la page des projets de développement durable proposés sur les plateformes qui ont demandé la labellisation, comme Lendopolis.

L’investissement immobilier

Depuis toujours, la pierre constitue une valeur sûre pour placer son argent et améliorer ses revenus. Mais quelles sont les meilleures solutions pour placer votre argent dans l’immobilier ?

Investir dans l'immobilier
Investir dans l’immobilier

L’investissement locatif

Quand on pense investissement immobilier, on pense immédiatement à l’investissement locatif. Acheter un appartement, une maison, des bureaux et les louer pour en tirer des profits. Mais cette forme d’investissement peut comporter certains risques, surtout si l’on ne connaît rien au marché immobilier. Ou si l’on n’a pas le temps et les connaissances nécessaires pour tout gérer.

Les SCPI

Les SCPI sont des sociétés civiles qui, comme leur nom le laisse suggérer, sont spécialisées dans les placements immobiliers. Elles sont gérées par des sociétés de gestion agréées par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) qui se chargent de trouver des biens, des locataires, de recouvrer les loyers, de payer les différentes taxes, etc. En un mot, elles assurent la gestion locative ainsi que l’entretien des biens immobiliers.

En investissant dans une SCPI, vous n’investissez pas dans un bien immobilier, mais dans une société qui investit dans l’immobilier. Ce qui signifie que vous ne devenez pas propriétaire d’un bien immobilier, mais vous détenez des parts dans un ensemble immobilier.

Après déduction des frais (frais de gestion, frais de rénovation, taxe foncière, assurance, etc.), les loyers sont redistribués aux associés (généralement tous les trois mois) au prorata de leur participation dans le capital. Toutefois, la société de gestion se réserve le droit de garder une partie des loyers sous forme de report à nouveau pour faire face à divers problèmes.

Le taux de rendement est ainsi plus élevé par rapport aux livrets d’épargne, aux comptes titres ou encore aux fonds en euros placés dans un contrat d’assurance-vie. Soit un rendement de plus de 4 % en moyenne en 2020.

En principe, le ticket d’entrée commence à 1 000 €. il est possible de payer cette participation à comptant ou à crédit. Ainsi, cette forme d’investissement est ouverte à tous les portefeuilles.

Les différents types de SCPI

On compte trois types de SCPI :

  • les SCPI de rendement ;
  • les SCPI de plus-value ou SCPI de revalorisation ou SCPI de capitalisation ;
  • et les SCPI fiscales ;

Par ailleurs, il y a également les OPCI qui sont une combinaison des SCPI de rendement et des OPCVM (fonds investis sur des supports actions ou obligataires).

Les SCPI de rendement peuvent être à capital fixe ou capital variable. Elles permettent d’investir dans l’immobilier professionnel : bureaux, murs de magasins, entrepôts, locaux d’activité, centres d’affaires, résidences hôtelières, médicalisées, séniors, étudiantes, etc. Puis de les louer pour des baux de 3, 6 ou 9 ans. Le rendement dans ce type de SCPI est élevé et pérenne.

Les SCPi permettent de payer moins d’impôts en réduisant la base imposable ou le montant à payer grâce aux diverses lois fiscales. On distingue les SCPI Robien, les SCPI Duflot, les SCPI Girardin, les SCPI Scellier, les SCPI Pinel, les SCPI Malraux, les SCPI de déficit foncier, les SCPI monuments historiques…

Enfin, les SCPI de plus-value concernent l’immobilier résidentiel. Il s’agit d’acheter des biens immobiliers décotés, mais à fort potentiel de plus-value dans le temps. Contrairement aux autres SPCI, ce type de SCPI ne distribue pas de loyers. Toutefois, à titre exceptionnel, les investisseurs peuvent recevoir des dividendes suite à une revente d’immeubles.

Les avantages de la SCPI

Quel que soit le type de SCPI dans lequel vous investissez, vous bénéficiez de plusieurs avantages. Dans tous les cas, vous devez bien choisir les SCPI dans lesquelles vous allez investir en tenant compte de leurs expériences, leurs parcs immobiliers, les taux de rendement qu’elles affichent, etc.

  • les investissements sont accessibles à tous les budgets ;
  • les risques locatifs sont mutualisés, car les SCPI détiennent différents types de biens immobiliers répartis dans différentes zones géographiques et dont les locataires ont différents profils.
  • vous êtes exempts des contraintes de gestion, de rénovation, etc.
  • vous pouvez revendre vos parts à tout moment ;

Le crowdfunding immobilier

Le crowdfunding immobilier est également un excellent moyen d’investir dans l’immobilier un taux de rendement variant de 4 % à 12 % par an. Il s’agit de financer différentes opérations immobilières allant de l’acquisition à la location, en passant par la construction, la rénovation ou encore le viager.

En participant à une campagne de crowdfunding immobilier, vous ne devenez pas copropriétaire d’un immeuble. Vous accordez un prêt à un promoteur immobilier pour qu’il réalise le projet. À la fin des travaux, qui durent généralement entre 12 et 24 mois, votre capital est remboursé, augmenté des intérêts. Ainsi, il n’est pas possible de récupérer l’argent investi avant ce délai.

Cet investissement à court terme est accessible dès 1 000 €.

Ce type d’investissement n’est pas sans risque (faillite d’un artisan, malfaçon, etc.). C’est pourquoi il est conseillé de bien étudier le projet et de bien choisir la plateforme de crowdfunding avant d’investir.

Les assurances-vie

Les assurances-vie font partie des moyens d’épargne préférés des Français. À la fin janvier 2021, les encours des contrats d’assurance-vie atteignaient 1 786 milliards d’euros (source : Fédération française de l’assurance).

L’assurance-vie peut être utilisée comme un produit d’épargne à moyen ou long terme. Elle est proposée par les assurances, les banques, les courtiers et les conseillers en gestion du patrimoine. Les contrats peuvent prendre la forme d’un contrat en cas de vie, d’un contrat en cas de décès ou d’un contrat mixte (vie et décès). Dans tous les cas, les contrats d’assurance-vie sont régis par le code des assurances, notamment les articles L131-1 et L132-1 et suivants.

En contrepartie de primes versées de manière régulière ou non pour alimenter le compte, l’assureur investit l’argent. Puis, il verse au souscripteur ou au bénéficiaire de l’assurance-vie (généralement, c’est la même personne) une rente dont le montant dépend du rendement des placements après prélèvement des différents frais (frais de gestion annuels, frais d’arbitrage et frais de versement). À noter que le montant des primes versées peut varier d’un versement à un autre.

Fiscalement, l’assurance-vie est très intéressante après 8 ans, mais vous avez la possibilité d’effectuer des retraits ou de fermer votre compte à tout moment. Au terme du contrat, l’assureur restitue la totalité du contrat au bénéficiaire ou lui verse une rente viagère, en fonction de l’option que le souscripteur a choisie.

Les différents types de contrats

Il existe deux principaux types de contrats :

  • Les contrats monosupport en fonds en euros : les primes versées sont investies sur des produits sans risques et revalorisés chaque année. C’est le placement le plus sûr, car les intérêts de l’année sont définitivement assurés. Par ailleurs, le capital est garanti à tout moment. Ce type de contrat propose un rendement supérieur à 1 %.
  • Les contrats multisupports où le capital est investi sur des fonds en euros et dans des unités de compte sur des produits boursiers tels que les obligations, les actions, les fonds, les SICAV, les FCP, etc. Les contrats sont plus risqués, mais le rendement est plus élevé.

Les avantages de l’assurance-vie

Le principal avantage de l’assurance-vie est qu’il permet d’avoir une retraite plus douce. Pour autant la somme n’est pas bloquée, car tout au long du contrat, vous pouvez retirer des sommes à tout moment.

Par ailleurs, elle permet également de transmettre un patrimoine à moindre coût. En effet, au moment de la mort du souscripteur, les bénéficiaires sont exonérés de droit de succession dans les conditions précisées par la BOI-ENR-DMTG-10-10-20-20.

La bourse

Investir en Bourse, c’est acheter des actions de sociétés cotées, autrement dit acquérir des parts du capital. Avec la démocratisation de la Bourse, il est aujourd’hui possible de placer son argent en Bourse à partir de quelques centaines d’euros.

En plaçant votre argent en Bourse, vous participez à l’économie réelle tout en faisant fructifier votre capital. En effet, vous permettez à des sociétés de développer leurs activités, lancer de nouveaux produits, etc.

Il existe plusieurs enveloppes pour placer son argent en Bourse. Cela dépend des objectifs de chacun, du degré de risque qu’il est prêt à assumer et de la fiscalité du placement. Il y a par exemple le Plan d’épargne en actions (PEA) qui est le plus populaire, car il est accessible aux débutants et présente un avantage fiscal non négligeable. Il y a également les comptes-titres, le Plan d’épargne entreprise (PEE), l’assurance-vie, etc.

Toutefois, sachez qu’investir en Bourse ne s’improvise pas. Pour garantir la rentabilité de votre placement, vous devez maîtriser le marché boursier et les valeurs cotées. Par ailleurs, vous devez également vous informer constamment des actualités économiques et financières.

Investir en bourse
Investir en bourse

Comment investir en Bourse ?

Pour limiter les risques de perte en capital, vous pouvez demander l’aide d’un expert. Que vous soyez un investisseur débutant ou aguerri, il est toujours intéressant de se faire accompagner par professionnel, notamment dans le choix des placements.

Par ailleurs, se faire accompagner par un courtier est également intéressant, surtout si vous n’avez ni le temps ni les compétences nécessaires pour investir en Bourse.

Les cryptomonnaies

Le marché des cryptomonnaies compte plus de 10 000 jetons, mais le Bitcoin est le plus connu, suivi de l’Ethereum. La hausse fulgurante du Bitcoin en 2021 a définitivement permis aux cryptomonnaies dans le cercle des placements qui offrent les performances les plus impressionnantes. En effet, sur les 12 derniers mois, le Bitcoin a connu une hausse de 270 % tandis que l’Etherum a progressé de plus de 1 000 %.

En outre, l’année 2021 semble être une année idéale pour investir en cryptomonnaies. En effet, les valeurs de toutes les monnaies virtuelles ont été indexées sur celle du Bitcoin. Par ailleurs, le nombre de Bitcoins minés depuis 2012 ne cesse de baisser. Ainsi, l’offre ne suit plus la demande. En achetant cette cryptomonnaie, vous vous créez un portefeuille de crypto actifs qui prendront de la valeur. En outre, d’ici la fin de l’année, Diem, la cryptomonnaie de Facebook proposera un moyen de paiement. Celui-ci est déjà d’ailleurs accepté par eBay, Spotify, Uber, Whatsapp, etc.

Toutefois, c’est aussi le placement le plus risqué et le plus volatile. Pour minimiser les risques, il est donc conseillé de ne pas y investir tout son capital. Par ailleurs, il est important de diversifier les portefeuilles et de choisir les monnaies virtuelles les plus populaires, car elles sont les plus capitalisées.

Cryptomonnaie
Cryptomonnaie

Autres conseils pour investir efficacement dans les monnaies virtuelles

Pour limiter les risques de perte en capital, effectuez une étude de toutes les monnaies virtuelles dans lesquelles vous voulez investir. De même, faites une recherche approfondie sur les plateformes sur lesquelles vous allez acheter des monnaies virtuelles. Privilégiez celles qui sont sécurisées et populaires.

Par ailleurs, faites-vous aider par un courtier, surtout si vous êtes débutant. Ce professionnel pourra vous accompagner et conseiller sur les meilleurs placements ou encore le meilleur moment pour investir.

Où acheter des monnaies virtuelles

Il vous est possible d’acheter des cryptomonnaies sur différentes places de marché :

  • les places de marchés spécialisées ;
  • les courtiers en ligne : ils proposent des cryptomonnaies via des CFD (contract for difference) ;
  • le pair à pair : il s’agit d’acheter des cryptomonnaies à un particulier sur des sites spécialisés, sans un tiers superviseur.

Les banques en ligne

Il est possible aujourd’hui d’ouvrir un compte épargne dans une banque en ligne. En effet, restées longtemps l’apanage des banques traditionnelles, les solutions d’épargne habituelles sont désormais accessibles en ligne.

Livrets d’épargne règlementés (livret A, livret de développement durable et solidaire ou LDDS, plan d’épargne logement, compte épargne logement, etc.) et non règlementés, les banques en ligne proposent les mêmes produits d’épargne que les acteurs traditionnels. Certaines proposent également des placements boursiers tels que l’assurance-vie, le compte-titre ordinaire, le plan d’épargne actions (PEA).

Plébiscitées par les épargnants, les solutions en ligne présentent de nombreux avantages :

  • des prix et frais plus faibles ;
  • des rendements plus élevés
  • une gestion en ligne de l’épargne grâce à des outils informatiques innovants : ouverture, clôture, gestion courante…

Boursorama banque, la banque en ligne de la Société Générale, figure parmi les banques en ligne qui proposent les meilleurs taux et des offres complètes. En effet, elle met à la disposition de ses clients :

  • le Livret A ;
  • le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS) ;
  • le Plan d’Épargne Logement (PEL) ;
  • le Compte d’Épargne Logement (CEL) ;
  • un compte sur livret ;
  • un compte d’épargne financière pilotée.

Par ailleurs, Boursorama a également des offres de bourse et de placement qui comprennent un compte titres ordinaire (CTO), un plan d’épargne en actions (PEA), notamment le PEA-PME et le PEA Jeunes. Sans oublier les contrats d’assurance-vie, dont certains en gestion pilotée.

Monabanq, filiale de CIC/Crédit Mutuel est également une banque en ligne qui propose des solutions d’épargne et de placement.

Elle propose entre autres :

  • un Livet A ;
  • le LDDS ;
  • un livret croissance ;
  • et un livret d’épargne Monabanq avec un taux brut annuel de 0,05 %. Le dépôt initial minimal est de 10 € et il n’y a pas de plafond.

En outre, Monabanq propose également un compte-titre ordinaire, un plan d’épargne actions et des contrats d’assurance-vie, dont certains sont en gestion pilotée.

Hello Bank, Fortuneo… sont également des banques en ligne où il est possible de souscrire à des produits d’épargne.

Créer un business internet

Avec la démocratisation d’internet, il est aujourd’hui possible pour tout le monde de monter son propre business en ligne. Un simple ordinateur et vous pouvez commencer votre activité.

Le principal avantage d’un business internet est qu’il ne demande pratiquement pas d’investissement. En effet, vous n’avez pas besoin d’acheter de matériels et des mobiliers, vous n’avez pas non plus besoin d’avoir un local puisque vous pouvez tout à fait travailler de chez vous. Par ailleurs, créer un business en ligne permet d’avoir de l’argent de côté en cas de coup dur ou d’avoir une meilleure retraite.

Que ce soit à temps partiel ou à temps plein, voici quelques idées de business internet (adapter selon vos compétences et vos passions).

  • Rédacteur web.
  • Content marketeur.
  • Transcripteur audio.
  • Communuty manager.
  • Assistant virtuel.
  • Consultant en ligne.
  • Coach en développement personnel.
  • Créateur de publicité en ligne.
  • Traducteur ou interprète.

Vous pouvez également lancer un blog (ou en acheter un, le retravailler et le revendre), vendre vos photos sur internet ou alors des produits DIY, lancer un podcast, etc.

En un mot, il y a mille-et-une façons de lancer un business en ligne.

Créer un business consiste à sortir de sa zone de confort et à changer de vie. Un minimum de préparation et de volonté est donc nécessaire. Ainsi, quel que soit votre domaine d’activité, vous devez créer un site internet pour être visible de vos futurs clients et vous démarquer de vos concurrents.

En effet, un site internet vous sert de vitrine. Vos potentiels partenaires vont y trouver des exemples de vos travaux ou des échantillons des produits/services que vous vendez. Pensez ainsi à le rendre intuitif et facile à manipuler pour ne pas inciter les internautes à abandonner leurs parcours sur votre site.

En outre, même si vous travaillez en ligne de manière ponctuelle, sachez que vous devez offrir le meilleur service à vos clients. Suivre des formations n’est donc pas superflu pour améliorer vos compétences et les mettre à jour.

Les placements de défiscalisation

Beaucoup n’y pensent pas, mais les placements de défiscalisation constituent un bon moyen pour placer son argent et le faire fructifier. En payant moins d’impôts, vous avez plus de disponibilités et pouvez mettre de l’argent de côté.

On connaît tous les placements de défiscalisation immobilière, à l’instar du LMNP ou loueur meublé non professionnel, mais il existe aussi d’autres placements de défiscalisation vous permettant de payer moins d’impôts. Et de bénéficier de revenus complémentaires défiscalisés.

La Location meublée

Pour revenir au LMNP, il s’agit d’un statut réservé aux loueurs non professionnels de biens meublés. Autrement dit, il ne s’agit pas de leurs activités principales. Pour bénéficier de ce statut, ils doivent répondre aux conditions suivantes :

  • mettre à la disposition des locataires un bien prêt à louer. En d’autres termes, le locataire doit pouvoir y vivre convenablement en apportant uniquement ses effets personnels ;
  • les revenus locatifs doivent être inférieurs à 23 000 € par an ou représenter moins de la moitié des revenus globaux du loueur non professionnel.

Le LMNP concerne aussi bien le logement neuf que l’ancien.

Le plan épargne retraite

Par ailleurs, le nouveau plan d’épargne retraite ou PER permet également d’épargner pour préparer sa retraite tout en payant moins d’impôts. Ce dispositif qui regroupe depuis octobre 2019 le PERP, le PERCO, la loi Madelin… s’adresse au chef d’entreprise et aux salariés.

Pour les entreprises, le nouveau PER offre des avantages fiscaux et sociaux. En effet, les sommes issues des primes de participation, d’intéressement, de l’abondement et des cotisations employeur sont déductibles du bénéfice imposable. Par ailleurs, les entreprises sont exonérées de charges sociales.

L’investissement au capital des PME

Enfin, l’investissement dans des startups ou des PME est aussi une bonne manière de bénéficier d’une défiscalisation tout en soutenant l’économie réelle. Investir dans ces entreprises peut être risqué, mais cela permet de payer moins d’impôts.

En 2021, la souscription au capital d’une startup ou d’une PME permettait de réduire son impôt sur le revenu de 25 % du montant investi dans la limite de 12 000 € de réduction pour une personne seule et 24 000 € pour un couple marié ou pacsé. Pour bénéficier de cette défiscalisation, l’investisseur doit acheter des parts du fonds qui sera diversifié sur une quinzaine d’entreprises éligibles.

Pour investir dans une startup, il est possible de passer par des plateformes de crowdequity ou des organismes tiers.