Unilend : En route vers le taux fixe ?

8 Commentaires

Alors que la plateforme Unilend prône l’avantage des enchères inversées depuis son lancement en 2013, une nouvelle fonctionnalité vient pourtant troubler la communauté des prêteurs.

Comment fonctionnaient les enchères jusque maintenant ?

Les prêteurs avaient la possibilité de choisir leur taux d’intérêt indépendamment de la durée ou encore de la note du projet. Ils pouvaient alors se placer entre 4 % et 10 %.

Avec ce système et encore plus depuis le lancement de l’autolend en avril 2016, nous avons, selon moi, assisté à une véritable décorrélation entre le taux d’intérêt et le risque, notamment sur les petits prêts ( < 20 000 € ). En effet, l’offre étant supérieure à la demande, et certaines personnes n’ayant pas forcément connaissance des risques, certains projets ont été financés à des taux de 4 – 4,5 % alors que leur note ne dépassait pas 3 sur 5.

La réponse d’Unilend à cette dé-corrélation entre le risque et le taux ?

D’après un mail reçu par les prêteurs et d’une information sur le site d’Unilend, les fourchettes de taux sont désormais déterminées par la plateforme de prêt aux entreprises en fonction de la durée du prêt et de la note attribuée par l’équipe d’analyse des risques comme suit :

Grille des fourchettes de taux Unilend

Afin de bien comprendre le tableau précédent, Unilend fournit un exemple : Vous formulez une offre de prêt d’un montant de 100 euros à un projet dont la note de confiance est de 4 étoiles et dont la durée de remboursement est de 36 mois : vous pourrez fixer un taux d’intérêt compris entre 5,5 % et 7,5 %.

Quel est l’impact sur l’autolend ?

Les prêteurs utilisant ce système automatique de gestion des enchères vont devoir revoir leurs critères si les taux souhaités sont :

  • inférieurs au taux minimum
  • ou supérieurs au taux maximum

Le taux fixe sera-t-il l’avenir ?

De mon coté, je n’ai jamais été en faveur des enchères inversées du fait de son coté chronophage et de cette absence de corrélation risque / taux. En décembre 2015, j’avais d’ailleurs écrit un article sur le sujet : http://www.crowdlending.fr/taux-fixe-ou-a-enchere-inversee-lequel-choisir/

Par ailleurs Unilend est la dernière plateforme à utiliser ce système en France. Pour rappel, plusieurs plateformes étrangères ont déjà pivoté vers le taux fixe au cours des dernières années.

Il faut aussi se rappeler que Nicolas LESUR croit à ce système qui, pour lui, répond parfaitement à la loi de l’offre et de la demande. Il nous en avait d’ailleurs parlé lors de son interview en mars 2016.

Pourtant on peut penser que l’instauration de ces fourchettes est un pas vers le taux fixe même si la plateforme affirme le contraire.

Enfin, on peut noter un point positif à cette évolution : la plateforme a en partie réagi (trop tard ?) aux lacunes de son système (enchères + autolend). On devrait d’ailleurs rapidement en constater les impacts. A ce sujet Le ptit Vannetais (Merci à lui) nous attire l’attention sur plusieurs exemples :

  • chocolaterie du Val Janon – taux moyen réel= 4.5%  – nouveau taux =8-10%
  • F.G Express – taux moyen réel=4% – nouveau taux =8-10%
  • SCEA de Canet – taux moyen réel=6% – nouveau taux=8.5-10%

Des écarts de 4% à 6% de rentabilité…voilà ce que révèle la grille d’Unilend.

 

Et vous qu’en pensez vous ? Certains prêteurs se sont déjà exprimés sur le sujet sur ce post

 

VN:R_U [1.9.22_1171]
Unilend : En route vers le taux fixe ?, 5.0 out of 5 based on 1 rating

8 réponses à “Unilend : En route vers le taux fixe ?”

  1. Dorian

    Je ne comprends pas pourquoi on attaque tout le temps Unilend sur son système d’enchères inversées et son Autolend, sans jamais remettre en cause les prêteurs.
    Si des taux extrêmement bas ont été obtenus par des projets risqués, c’est bien de la faute des prêteurs et pas du système !

    Personnellement, mon Autolend ne descendra jamais en dessous de 8% sur du 3*, tandis qu’il descend relativement bas sur du 5*. Il est configuré pour poser une mise minimale (et aider à la diversification des prêts), et si j’estime qu’un projet mérite plus que la mise minimale, alors j’y ajoute une mise manuellement au taux que j’estime être le plus juste.

    Si les gens ont configuré leur Autolend uniquement pour être sûr de remporter les enchères, en acceptant des taux de 4%, c’est soit qu’ils ont trop d’argent sur leur compte, soit qu’ils aiment jouer, soit qu’ils n’ont juste rien compris.
    Avec ces nouvelles règles/fourchettes, Unilend empêche les prêteurs de faire n’importe quoi.

    VA:R_U [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
    Répondre
    • Mathieu

      Bonjour Dorian,

      Merci pour ce point de vue … Ce que je dis depuis toujours c’est que le système d’enchères est compliqué pour les néophytes. Par ailleurs la réglementation cherche à protéger les particuliers qui pourraient être tentés par les taux alléchants mais qui n’auraient pas compris que les risques sont importants.

      Je ne dis pas que cette évolution est mauvaise mais qu’elle aurait dû intervenir plus tôt et que finalement le plus simple serait de passer au taux fixe.

      VN:R_U [1.9.22_1171]
      Rating: 0 (from 0 votes)
      Répondre
    • Le ptit vannetais

      Bonjour,
      Ton argument Dorian revient régulièrement lorsqu’on discute des défauts et de la responsabilité partagée de la plateforme et des préteurs.
      Dans n’importe quel marché, l’asymétrie d’information entre le vendeur (ici la plateforme) et l’acheteur (ici le prêteur) peut conduire à une mauvaise sélection.
      Dans le cas présent, on peut considérer que le manque d’information sur le risque a conduit à des beaucoup trop bas.
      D’autant qu’un précédent article de Mathieu a pointé du doigt le calcul du taux d’incident d’Unilend qui semble-t-il ne respecterait pas la réglementation en vigueur.

      Il n’est pas rare que la justice tranche en faveur des consommateurs lorsque des produits financiers vendus avec une information parcellaire conduisent à des pertes significatives, en particulier lorsque ceux-ci ont été proposés à des personnes au patrimoine ou aux revenus modestes et ne disposant manifestement pas des compétences nécessaires pour évaluer le risque.

      La responsabilité des prêteurs n’est donc pas aussi évidente que vous le croyez.

      VA:R_U [1.9.22_1171]
      Rating: 0 (from 0 votes)
      Répondre
      • Dorian

        Bonjour à vous,

        Pour tout vous dire, j’aime jouer l’avocat du diable. 😀

        Là où je défends Unilend, c’est qu’à taux fixe ou à enchères inversées, si le prêteur n’a pas compris le risque du CrowdLending, s’il n’a pas pris la peine de se renseigner sur son fonctionnement, il fera les mêmes erreurs peu importe le taux, peu importe le fonctionnement, peu importe la plateforme.
        Ce qui est bien dommage car c’est son argent (au prêteur) qui est en jeu !

        Quand j’ai découvert le CrowdLending en début d’année, je n’y connaissais rien. Mais avant de balancer de l’argent dedans, je me suis renseigné pendant plusieurs mois (et je continue). Si les gens sont suffisamment idiots (pour rester poli) pour y mettre leur argent sans savoir ce qui sera fait avec, c’est leur problème j’ai presque envie de dire … 😉
        #JAimePasLesGens #PasDePitiePourLesFaibles

        Les gens veulent le beurre, l’argent du beurre et la crémière, le tout en moins de 3 clics de souris.
        Révélation : ça n’existe pas !
        Le soucis c’est qu’avec ces mauvais prêteurs, c’est la plateforme et le CrowdLending en général qui souffrent… 🙁

        VA:R_U [1.9.22_1171]
        Rating: 0 (from 0 votes)
        Répondre
  2. Jacquouille

    1er exemple : Domilience financé à 100% avant même d’avoir reçu le mail d’Unilend.
    37 000 € / 60 mois sur un 3*. Traité au plancher de la catégorie : 8,5%.
    Ce n’est plus de la finance, c’est l’assiette au beurre.

    VN:R_U [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
    Répondre
  3. PEBO

    Je pense que l’un des principaux problemes d’Unilend (je n’ai pas test’e les autres) c’est le ratio nombre de preteur/projet a financer.
    Lorsqu’un projet et soumis apres une periode de vide il se retrouve financer trop rapidement pour avoir le temps de l’analyser… Surement la faute d’autolend (qui reste un tres bon outil).

    L’encadrement des taux est une bonne idee, car il permet de limiter la casse pour les debutants.

    Si ce ratio s’accentue. l’arrivee d’un taux fixe me semble ineluctable. Car les prets seront en permanence au taux planche d’autolend.
    Dans ce cas, quid de la qualite de l’analyse d’Unilend pour determiner le taux ?

    Pour citer Damien, je dirai merci aux « idots » qui propose des taux de pret plus bas. C’est ces derniers qui detourneront les entreprises de qualite des systemes de financement classiques.
    Et le ratio s’inversera ce qui laissera le temps a une vrai analyse. Et le principe des encheres inverse gardera son sens.

    VA:R_U [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
    Répondre
  4. Mwy

    Les enchères inversées ont pour rôle de laisser le soin aux prêteurs de réguler le taux, mais pour que cela fonctionne il faut un équilibre offre/demande délicat à obtenir, surtout en période creuse ou le sourcing des plateformes est plus lent et ou les prêteurs ont peu de projets à se mettre sous la dent.

    L’autolend, à l’échelle de la plateforme, a pour effet de modifier l’équilibre offre/demande. Les exemples de financement de petits projets en 1 seconde existent bel et bien.
    Alors certes pour certains utilisateurs avertis c’est un outil qui peut se révéler pratique à titre individuel, mais une fois mis entre les mains de tous les prêteurs potentiels cela vient contrecarrer le fonctionnement des enchères inversées en attribuant un taux bas à certains projets pour lesquels le risque aurait justifié un taux bien plus élevé. Sans parler de la notation Unilend. Pour plusieurs prêteurs, 3 étoiles et demi est maintenant synonyme de 2 étoiles ou moins …

    La faute à certains prêteurs, la faute à la course à la diversification tous azimuts encouragée par Unilend, la faute à qui vous voulez, mais le résultat est là : pour palier ce problème on vient maintenant ajouter des garde-fous pour éviter de casser complètement le lien entre le taux et le risque.

    Je ne dis pas que les enchères inversées c’est bien, ni que l’autolend c’est le mal, mais de mon point de vue ils sont mal pensés et/ou mal présentés.

    Si Unilend veut satisfaire tous ses utilisateurs, il devraient plutôt travailler sur leur offre et proposer plus de projets et des projets de meilleure qualité, plutôt que mettre en place des outils qui dérangent un équilibre déjà délicat.

    VN:R_U [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
    Répondre
  5. Fabrice

    Il y a un problème effectivement sur les petites projets, alors que les gros (>150 000 €) ont beaucoup plus de mal, ce qui entraine évidemment des aberrations.
    Par contre perso, je ne fais pas une confiance aveugle à Autolend, et surtout il est possible de sélectionner 2 critères, notation et durée, ce qui permet de faire une sélection (par exemple je ne l’active pas sur les projets 3étoiles où je vais regarder de plus près le dossier avant de décider si j’y vais et à quel taux).

    VA:R_U [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
    Répondre

Laisser une réponse