Comment mieux épargner ? Forums Crowdlending Unilend déjà beaucoup de défaillances !

  • Ce sujet contient 648 réponses, 60 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par BZH35, le Il y a 7 années.
30 sujets de 331 à 360 (sur un total de 649)
  • Auteur
    Articles
  • #4276
    Anonyme
    Inactif

    @ Jacquouille : je pense qu’il ne faut pas tout caricaturer. Jdbt n’est pas pour l’interdiction du crowdlending. Moi non plus d’ailleurs ! Il doit être comme comme moi un prêteur peut être a t-il cru au départ comme la plupart d’entre nous aux beaux discours de certaines plateformes avec des taux d’incident à 1% et s’est aperçu que la réalité est tout autre, qu’il y a beaucoup trop de laisser aller. Alors bien sur il ne faut pas caricaturer dans l’autre sens et penser que ce sont tous des incapables ou que sais je encore mais en tout cas ça ne donne pas une bonne image du secteur… Je suis également un grand déçu.

    Maintenant je pense qu’il faut regarder les plateformes qui respectent leurs prêteurs et qui sélectionnent mieux léurs dossiers (même si c trop tôt pour le savoir vraiment). Et après adopter certaines stratégies qui peuvent être gagnantes (je vais bientôt en parler).

    Donc pas d’angélisme ni de fatalité.

    Mais l’opinion de jdbt n’est pas à « diaboliser ».

    #4278
    oasis4ever
    Participant

    @jdbt : vos propos ne dérangent pas en tant que tels (en tout cas pas moi), ils sont juste systématiquement redondants et vont toujours dans le même sens. C’est pour cela que je vous ai dit qu’on avait compris votre sentiment. Et je ne l’ai pas exprimé méchamment… J’exprime mon mécontentement mais qui vous a dit que je continuais dans la même voie avec Unilend ??? Je ne suis pas masochiste. Je n’y ai pas mis un centime depuis plusieurs mois mais par contre j’ai des encours chez eux : j’ai le droit de m’en préoccuper et de m’exprimer sur leur communication nullissime auprès des prêteurs. D’autres acteurs me conviennent mieux à l’heure actuelle, ne serait-ce que pour les échanges avec eux.

    @tintin : je sais bien que ça ne vous fait pas plaisir de calculer des stats mauvaises, ce sont des informations précieuses et intéressantes. Je ne dis pas qu’il faut isoler Unilend mais juste que c’est intéressant de regarder les stats sans cet acteur pour ceux qui auraient fait le choix de ne pas leur faire confiance. Après, l’avenir nous donnera peut-être tort.

    Pour Semafer, je ne crois pas que la société de recouvrement ait eu à prendre en charge ce dossier pour le moment. Mais de toute façon, pour les dossier concernés, les prêteurs n’ont pas été informés + que ça je crois, y compris sur le coût (en dehors des conditions générales). L’absence d’information, de communication et de considération est une lacune énorme d’Unilend en plus d’une sélection très moyenne des dossiers. Ca ne durera pas autant que les impôts…

    #4281
    jdbt
    Participant

    Réponse à Jacquouille.

    Non ce n’est pas tout à fait ça. Je suis contre le crowdfunding, tel qu’il est pratiqué de nos jours.

    C’est à dire, sans aucune protection du prêteur. Certes, je ne fais que me répéter, et ça énerve du moins ceux qui me lisent souvent. Car je radote toujours la même chose. Mais cela peut servir aux nouveaux venus.

    En tout cas, c’est en faisant comme je fais que l’on peut espérer inverser la tendance. A force de rabâcher, certains finiront pas prendre conscience et là viendra le moment où les choses pourront peut-être s’améliorer pour les prêteurs.

    Mais ce n’est pas en faisant comme vous faites (pas vous en particulier, c’est une constatation générale) c’est à dire « faire le dos rond « en quelque sorte que ça changera.

    Cette attitude ne fait que conforter et enrichir ceux qui profitent de cette aubaine et, soyez en certains, malgré tous les calculs que vous pourrez faire, même en faisant des estimations à minima, le prêteur excusez moi du mot restera le « dindon  » tant que rien ne sera fait pour le protéger. Sans lui rien ne peut exister dans ce domaine. Notre force elle est là, et je ne comprends pourquoi beaucoup se lamentent et attendent un miracle dans l’espoir que tout va aller pour le mieux, comme ça par enchantement.

    #4283
    le ptit vannetais
    Participant

    Vous avez raison. Mais je pense que le gouvernement est relativement conscient des quelques dérives. Ce n’est pas anodin s’il refuse que le bon de caisse bénéficie des derniers ajustements en matière de fiscalité.

    Ca créé un déséquilibre entre les plateformes l’utilisant et celles respectant scrupuleusement le cadre de la Loi fixé fin 2014. Il donne donc un avantage à certaines, en attendant de réguler le bon de caisse, à son tour.

    #4292
    Pichel
    Participant

    CGMOD (pret d’ octobre 2015) qui était en retard de paiement, a été régularisé.

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 8 années, 5 mois par Pichel.
    #4343
    Wislvlerhill
    Participant

    Je pense qu’on a pas fini d’échanger nous idées et points de vues … Et finalement, c’est pas mal !

    Dire que le prêteur n’est pas protégé, il me semble que c’est faux, depuis la loi sur le financement participatif de fin 2014. Dire que cela suffit, je pense que c’est tout autant faux… Je ne suis pas convaincu que nos dirigeants s’intéressent assez à un secteur aussi nouveau qui ne brasse pas encore bcp, comparé à d’autres… Et de là à prendre les bonnes décisions, y’a tout un monde.

    La première problématique vient de l’appel au particulier lambda: on lui promet du rendement jusque 10%, c’est lui qui choisit le rendement, etc. Oui, il y a bien les petites lettres en bas qui évoquent le risque, mais dès lors que le secteur est nouveau, difficile d’avoir assez de recul.

    Perso, je suis sur le crowdlending pour diversifier mes placements, et surtout par ce que j’accepte le risque pour faire un peu mieux que 0,75%, si vous voyez de quoi je parle.

    Pourtant, le pouvoir est entre nous mains. Si on délaisse complètement une plate-forme, faudra bien qu’elle évolue, si elle ne signe que des emprunteurs défaillants, elle tue le poussin dans l’oeuf.

    Sélectivité, échange d’avis par ici, réactivité en fonction de la Fiscalité devraient nous permettre de sauver les meubles.

    On ne peut pas participer à l’essor d’un nouveau secteur et espérer que tout le tableau soit rose !

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 8 années, 5 mois par Wislvlerhill.
    #4346
    kmdarkmaster
    Participant

    Mon bilan de fin d’année est 0 incidents tous plateformes confondus, j’espère que cela continue en 2016.

    Au passage, joyeux Noël à tous !

    #4348
    Wislvlerhill
    Participant

    Je ne dirais que bravo, que ca continue comme ça et que ça fasse tâche d’huile aux autres du forum… 😉

    #4354
    Jacquouille
    Participant

    Mon bilan 2015 (j’ai commencé le crowdlending le :

    Chez Unilend : 25 projets, 7 728 € prêtés, impayés ou retards : 0

    Chez Finsquare : 5 projets, 1 800 € prêtés, impayés ou retards : 0

    Chez Lendix : 8 projets, 2 420 € prêtés, impayés ou retards : 0

    Pourvou qué ça doure …

    Mais maintenant je réinvestis plutôt que d’engager de nouveaux fonds.

    #4356
    Jacquouille
    Participant

    Je complète : j’ai commencé le crowdlending le 24/12/2014 avec Outil Précis chez Unilend.

    #4357
    Alex
    Participant

    @Jacquouille: Belle performance, surtout pour Unilend. Je suis sur 5 projets et pas de defaut de payment pour l’instant.

    Par curiosite, j’ai relu les fiches descriptives des projets Unilend qui ont fait defaut pour voir s’il y avait des signes precurseurs. Quelques projets montraient des incoherences qu’il etaient possible d’identifier, mais la plupart semblaient ok et il etait difficile d’identifier que c’etait un mauvais cheval sur lequel il ne fallait pas parier.

    De maniere generale, je trouve que les preteurs n’ont pas acces a assez d’information. On n’a meme pas acces a la totalite des Etats Financiers et on doit se contenter d’un descriptif du projet de quelques lignes, sans etude de marche ou autre documents analytiques.

    #4358
    Jacquouille
    Participant

    Un des mes principes avec Unilend :

    si je n’ai pas la liasse fiscale sur http://www.lesbilans.com , je n’y vais pas.

    #4359
    Arthur
    Participant

    Bonjour

    J’ai commencé l’investissement avec  chez Unilend en Mars 2014

    En Mars 2015 j’ai doublé la mise et réinvestissement partiel des intérêts.

    J’ ai investi sur 23 Entreprises dont trois en dépôt de bilan. Depuis Octobre j’essaie de récupérer la valeur de mon investissement et je ne réinvesti plus du tout.

    Pour l’instant j’ai récupérer 1/10 de mon investissement. Avec ce qui reste encore a rembourser  j’arriverai peut-être a récupérer 100% de mon investissement s’il n’y a pas d’autre incident. Mais ce n’est pas facile a calculer car le site d’Unilend n’est pas du tous clair quand il indique « total prêter » , on ne sait pas si cela inclus les dépôts de bilan.

    Si je ne fais pas de perte je serais déjà content.

    A Suivre

    Bonne fin d’année

    Cordialement

     

     

     

     

    #4361
    Anonyme
    Inactif

    J’ai commencé à prêter aux PME dès le lancement d’Unilend (novembre 2013) et la première année je n’ai pas eu de défaut.

    Les choses se sont gâtées ensuite. 1 liquidation judiciaire + 1 projet en retard d’un mois

    Je suis en train de construire un modèle qui permet de sélectionner les entreprises selon des critères qui minimisent les incidents même si le zéro incident est un mythe !

    Je vais voir avec le temps si le modèle tient.

    Je conseille à tout le monde d’être extrêmement vigilant. Ca reste un placement de professionnels pour moi et pas suffisamment réglementé (par rapport aux risques)

     

     

    #4362
    jdbt
    Participant

    Bonjour,

    Cela fait plaisir de voir qu’il y a, encore, sur ce forum des gens qui ont la tête bien vissées sur les épaules.

    Merci Tintin,  pour ce simple rappel de bon sens. C’est pas long, mais cela a le mérite d’être clair.

    Espèrons que cela soit utile à beaucoup de prêteurs.

    Je suis en accord total avec ce que vous avez écrit.

     

    #4401
    olivier72000
    Participant

    BLI Alsace nous a visiblement enfumé depuis le début.

    http://www.procedurecollective.fr/fr/redressement-judiciaire/1158391/b-l-i-alsace.aspx

    Jugement d’ouverture redressement judiciaire ; date de cessation des paiements : 1 avril 2015 ; administrateur judiciaire avec mission d’assistance : SELAS WEIL ET GUYOMARD, …..

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 8 années, 5 mois par olivier72000.
    #4403
    jdbt
    Participant

    Si ce n’est pas de l’arnaque, il faut que l’on m’explique.

    S’il n’y avait que ce dossier encore…mais c’est loin d’être le cas.

    C’est vraiment au top comme magouille il n’y a pas mieux.

    Sur ce, bon réveillon et n’y pensez plus.

    #4408
    Jacquouille
    Participant

    BLI Alsace : Fin des offres le 25/03/2015.

    Le TC, dans son jugement d’ouverture du RJ, a fait remonter la date de cessation des paiements au 01/04/2015, soit 7 jours plus tard …
    Les 100 000 € du prêt sont passés directement à la trappe …

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 8 années, 5 mois par Jacquouille.
    #4412
    olivier72000
    Participant

    j’aimerais bien avoir un explication du dirigent afin d’avoir sa version des faits…

    #4413
    cvdu06
    Participant

    avec un taux d’interêt moyen de 8,1% ce qui était peu….

    Je m’étais abstenu car je visais du 9%

    J’ai quand même eu mon compte de défaillances avec Digital Systems, Philtex and recycling, Bio-Froid, Shala, Smok-it, Vision du Ciel , ALM (j’ai évité Karma voyages)

    J’ai l’impression qu’il vaut mieux prêter aux opticiens, pharmaciens, restaurants et hotels (pas encore de défaillance dans ce secteur)

    bonne année 2016 en tout cas

     

     

    #4414
    Jacquouille
    Participant

    Oui, tout ce qui est lié aux TP est à éviter actuellement.

    #4474
    solvafin
    Participant

    Bonjour,

    je suis nouveau sur ce site et forum mais votre sujet m’intéresse au plus haut point.

    Je ne citerai pas de nom de plateforme hormis une seule qui, comme argument de ‘vente’ se targue d’investir aux côtés des investisseurs, il s’agit d’Happy Capital…

    D’autres le font elles ?

    J’ai été étonné, en discutant avec un dirigeant de plateforme, du taux de « déchets » entre présentations et financements de projets (1 pour 100 parfois)…il n’est pas étonnant d’avoir de la casse quand on achète du volume, c’est le risque…comme tout placement.

    Par contre, je suis certain qu’il y a de très grandes disparités entre les différents services d’analyses des dossiers…Je viens de créer une société solvafin.fr et j’ai proposé des services annexes d’aide à la décision pour les plateformes…j’attends de voir si j’ai de l’écho…

    Pour ma part, je suis issu de l’univers du scoring, des données financières, du financement et je puis vous assurer qu’il existe des solutions pour limiter la casse AVANT de proposer un dossier aux investisseurs !

    Si vous avez un peu de temps : solvafin.fr

    Et si vous avez des idées à me proposer, je suis preneur !

    Bonne Année 2016 !

    Guillaume

     

    #4477
    Jacquouille
    Participant

    Pour moi, le scoring pur est insuffisant. Il faut le corriger par un système-expert. Mais cela demande une important portefeuille que seul un établissement de crédit peut monter. Et cela demande des mois et des années, avec des informaticiens, des statisticiens, des analystes de crédit.

    Mais par formation, et par conviction, je suis partisan de l’analyse classique qui va bien plus loin que les rations financiers : ancienneté, dirigeants, cotation BdF, forme juridique, secteur d’activité, effectifs, mouvements Bodacc, carnet de commandes, etc. etc.

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 8 années, 5 mois par Jacquouille.
    #4479
    solvafin
    Participant

    Nous sommes donc bien d’accord sur le fait que les données ne sont pas tout…

    C’est pour cela que j’ai cette approche, mais les plateformes sont très largement ancrées sur de la web acquisition, et de la souscription en ligne..et avec des équipes réduites…Par ailleurs, en tant qu’investisseur, qu’avez vous reçu comme informations sur les dossiers financés, à part de mauvaises nouvelles ?

    Votre point de vue m’intéresse…

    #4482
    Jacquouille
    Participant

    Il n’y a pas de communication des plateformes sur le suivi des projets financiers, sauf si impayés mais uniquement pour ceux qui sont directement concernés.

    Avec Unilend, j’ai réussi à leur faire retirer un projet. Le gérant de la SARL avait une affaire personnelle qui venait d’être mise en RJ. Le contrôle sur le dirigeant ne faisait pas partie de leur « routie ». Ils ont, depuis peu, amélioré l’analyse encore un peu légère. Ça fait plusieurs mois qu’ils cherchent un analyste de crédit. Donc, il y a des projets que j’écarte d’emblée (secteur d’activité, objet du financement, durée, mauvais feeling etc.) puis je contrôle tout grâce aux bases de données en ligne et gratuites : Sirene, lesbilans.com, score3, societe.com, manageo.com, verif.com, bodacc …  Au moindre doute, je n’y vais pas.

    Je suis un peu plus confiant avec Finsquare et surtout Lendix.

     

    #4483
    solvafin
    Participant

    Merci Jacquouille pour ce message qui semble clair…

    En fait, quand on cherche un analyste credit, on le trouve très facilement…et en ce qui concerne les balayages d’informations, ils ne semblent pas sans failles…

    Des solutions existent pour cela, encore faut il vouloir mettre en place les process !

    Et enfin, je pense qu’il est quand même indispensable de tenir informés les investisseurs qui sont rentrés sur un dossier au feeling, qui attendnet certes des intérêts mais aussi des nouvelles des projets sur lesquels ils ont investit non ?

    Mon aide aux plateforme est proposée en amont et en aval du métier de base de connexion…

    Bonne soirée et merci pour ces validations.

    Guillaume

     

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 8 années, 5 mois par Mathieu.
    #4487
    oasis4ever
    Participant

    Prexem et Lendix notamment donnent des nouvelles des sociétés qui ont été financées. Pas systématique, pas de véritable fréquence mais c’est appréciable. Pas que des mauvaises nouvelles donc…

    #4488
    Anonyme
    Inactif

    16eme incident sur unilend : eco house construction. Encore un financement à taux très élevé : 9,5 %, encore un projet sur unilend, encore une entreprise de construction, encore un ratio moyen sur societe.com…

    #4489
    Anonyme
    Inactif

    Ceux qui se réjouissent de la défiscalisation des pertes vont vite déchanter.

    Sur 16 incidents à ce jour sur unilend, il n’y a « que » 4 LJ. Dans les 3/4 des cas, la loi ne s’appliquerait pas !!!

    Encore une utopie pour certains !!!

    #4490
    jdbt
    Participant

    Et oui, il est encore permis de rêver pour certains.

    Mais que dire de la gestion de certains dossiers par UNILEND.

    Je n’en citerais qu’un SHALA. C’est un modèle du genre, dans l’arnaque. Mais il y en d’autres tout aussi succulents dans la façon d’empocher le prêt nécessaire à la réalisation d’un projet.

    SHALA, c’est une affaire qui dort tranquillement depuis fin avril 2015….

    Pas de défaillance chez SHALA, d’après les dires…mais tout simplement un petit souci de trésorerie…c’est à dire que SHALA attend qu’un débiteur lui paye ce qu’il lui doit…rien que ça. Après,  on apprend qu’il y a un débiteur qui aurait honoré sa dette envers SHALA…puis après on apprend, de nouveau, qu’il y en aurait un autre (débiteur)…. et après on ne sait pas, silence radio…mais peut-être qu’il y en d’autres …allez donc savoir ce qui est vrai dans tout ça.

    Depuis quand a-ton le droit de se faire justice soi-même? Car dans ce cas, il s’agit bien de cela et rien d’autre.

    En fait, cela revient à dire : on ne me paye pas ce que l’on me doit et bien en réponse je ne paye pas ce que je dois à quelqu’un d’autre. C’est simple comme raisonnement et en tout cas efficace, car pendant ce temps SHALA ne rembourse pas sa dette. Et ceux qui sont les « dindons* » ce sont ceux qui sont en début de chaîne (*les prêteurs).

    Mais, est ce que SHALA applique cette même méthode avec le  fisc/URSSAF et autres organismes ? Si réponse affirmative, ce serait étonnant, car je pense que les huissiers seraient devant la porte de l’entreprise depuis bien longtemps.

    Et cette pratique douteuse peut se propager sur n’importe quels secteurs d’activité et cela malgré l’étude de tous bilans, études de marché etc que certains s’évertuent à faire avant de souscrire à un prêt éventuel.

    Car personne ne peut voir au travers « d’une boule de cristal » qu’elle est la solvabilité des débiteurs d’une entreprise …où alors il faut vraiment être très fort, ou bien avoir des relations très étroites avec l’entreprise que l’on souhaite aider en participant au financement d’un projet.

    C’est, quand même, plus que simple pour empocher le solde d’un prêt et ne pas le rembourser… apparemment c’est possible la preuve.

    Il faut tout simplement oser, avoir du culot…

    A moins, que la vérité soit toute autre, ce qui n’est pas impossible dans un tel fourbi.

     

30 sujets de 331 à 360 (sur un total de 649)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.