Sujets sur les Forums

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 15)
  • Auteur
    Articles
  • en réponse à : Interview d'Amaury Blais, CEO de Lendosphère le 16 mars 2017 #11063
    20-100
    Participant

    Bonjour,

    je rejoins complètement JOEMM sur ces deux interrogations.

    je complèterai la question sur la diversification de la plateforme avec le rapport à la taille critique que les plateformes doivent atteindre pour être rentables. Peut-être que Lendosphere est déjà rentable? Si non Comment Lendosphere compte atteindre cette taille critique en restant juste sur son créneau actuel? D autant plus que le nombre de projet et les levées semblent stagner par rapport à l année dernière.

    Quelles sont les leviers de développement envisagés par Lendosphere, notamment dans un environnement concurrentiel plus fort sur son créneau avec lendopolis et lendix ou Unilend de mémoire qui ont financé des projets dans le développement durable ces derniers temps.

    Merci

    en réponse à : Les collectivités locales se lancent dans le crowdlending #9058
    20-100
    Participant

    Bonjour Wislvlerhill,

    Les collectivités pour financer leurs projets, lorsque des subventions ou des emprunts sont nécessaires, atttendent généralement que les projets soient attribués aux entreprises pour avoir le coût exact de ces derniers. Ainsi, pour le crowdlending ça serait la même chose. Les plateformes n’ont pas vocation à répondre aux marchés publics mais plutôt à être démarchées par les collectivités pour des opérations de crowdlending, leur permettant de faire participer leurs citoyens à leurs projets.

    Le crowdlending pourrait également être un levier pour les collectivités pour financer et réaliser des projets qui auraient demandé plus de temps.

    En effet, il arrive fréquemment, que les collectivités sous-estiment les projets (il arrrive aussi le cas inverse où les entreprises sont bien moins chères que les estimations). Ainsi, à l’ouverture des offres des entreprises, les budgets ne sont plus les mêmes. Dans ce cas, certains projets peuvent être reportés, voir même annulés.

    Il m’est également arrivé et il m’arrivera encore, dans ma carrière professionnelle en entreprise, d’être également confronté à des projets reportés ou annulés parce que le financement de la part des banques prenaient du temps ou alors que les subventions attendues étaient finalement moindre ou annulées (le projet n’était plus éligible pour X raisons à ces dernières). Dans ce cas, le crowdlending peut-être un levier pour les collectivités.

    en réponse à : Les collectivités locales se lancent dans le crowdlending #9025
    20-100
    Participant

    Bonjour Berty,

    Je suis complètement d’accord avec toi concernant la commission de la plateforme, que ce soit sur le taux, dans le cas ou ce dernier est faible pour les prêteurs comme dans le cas présent, ou sur le moment du prélèvement.

    Pour certaines plateformes qui mettent en avant le fait qu’ils alignent leurs intérêts sur ceux des prêteurs (en engageant également de l’argent dans les projets ou avec la participation de fonds institutionnels), le fait qu’il y ait peut-être une partie de la commission en fixe au départ et une autre partie alignées sur les remboursements permettraient d’accroître la confiance des prêteurs envers les plateformes. (Idée pour le think tank)

    Après, il est clair qu’aujourd’hui déjà les plateformes ne semblent pas dégager d’argent et que pour ces dernières, le gros du travail effectué et donc sur lequel ils ont besoins d’être rémunéré concerne l’analyse des dossiers et la campagne de financement avec son bouclage administratif (d’où l’idée d’une partie fixe de la commission au départ au moins). Une fois que tout cela est fait, les plateformes, à part en suivi (quand il y en a de leurs parts), en prévention d’impayé, ou justement en cas d’impayé, il y a peu de travail pour elles.

    Dans tous les cas, les plateformes fixent librement leurs commissions et c’est normal. La plupart affichent 4% de commission mais est-ce que sur certains projets, voir une grande majorité d’entres-eux, ces dernières ne font-elles pas l’objet de négociation avec les entreprises? Mathieu a peut-être des informations à ce sujet?

    Des dossiers sont déjà passés d’une plateforme à une autre. Le taux d’intérêt du prêt et de la commission devaient y être pour quelque chose.

    J’ai un peu dévié de sujet désolé.

    Pour revenir au sujet, ce qui m’interpelle pour le moment est le flou relatif de l’aspect juridique du crowdlending pour les collectivités.

    en réponse à : Collecticity : Allez vous prêter à des communes pour 2,25 % ? #9011
    20-100
    Participant

    Bonjour,

    J’avais évoqué dans un nouveau sujet, nommé « Les collectivités locales se lancent dans le crowdlending », dans l’onglet général du forum, cette nouvelle plateforme et la nouvelle présence des collectivités dans le crowdlending.

    Je me permets de reprendre donc une partie de mon post précédent qui est semble-t-il passé inaperçu.
    J’avais trouvé cette information sur la Gazette des Communes ici :http://www.lagazettedescommunes.com/457955/crowdlending-saint-brieuc-agglo-sollicite-lepargne-des-particuliers/

    Outre le projet en lui-même, l’article évoque l’aspect juridique d’une telle démarche, dont la légalité ne semble pas encore claire à 100%. Devant ce flou, un premier projet de la Communauté de Communes du Pays Rochois (Haute Savoie) a été repoussé.

    « La DGFIP et la DGCL finissent par autoriser le crowdlending, reconnaissant n’avoir trouvé aucun texte qui pouvait le remettre en cause, mais seulement sous condition d’acceptation de la DAJ ».
    J’évoque ce sujet car la commande publique représente plus de 10% du PIB et pourrait donc être un acteur et un levier de croissance important pour les plateformes de crowdlending.

    Qu’en pensez-vous? Que pensez-vous d’une telle initiative, de son intérêt pour les prêteurs comme nous, de l’intérêt pour les plateformes et de celui des collectivités?

    Alors que certaines collectivités ont de plus en plus de mal à financer des projets, le crowdlending est-il une solution?

    Peut-on imaginer dans le futur des collectivités lancer des campagnes de crowdlending pour des projets de centre aquatique, usine d’eau potable, déchetterie, salle de sport, renouvellement de l’éclairage publique (cf l’Appel à Manifestion d’Intérêt (AMI) géré par Lendosphere et accompagné par l’ADEME et Allianz : http://www.presse.ademe.fr/2016/04/ami-eclairage-public-et-crowdfunding-appel-a-manifestations-dinteret-pour-les-collectivites.html) etc…

    Comme certains d’entres-vous, je pense que le risque est beaucoup plus limité qu’avec les PME avec en contre partie des taux plutôt très bas aujourd’hui.

    Comme évoqué, l’intérêt 1er est très probablement politique avec une visée électoralistes. Cependant, si cela permet de faire sortir des projets importants et intéressant pour les citoyens, l’environnement ou autre, pourquoi pas.

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 9 mois par 20-100.
    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 9 mois par 20-100.
    en réponse à : Think tank sur le crowdlending #8960
    20-100
    Participant

    Bonjour,


    @mwy
    , de retour de congés, je suis toujours intéressé et partant pour apporter ma petite contribution au think tank.

    Selon moi, il y a différents axes structurants de travail :

    – Représenter les prêteurs et leurs attentes auprès des institutions qui font la réglementation et qui l’applique. Il s’agit donc de l’aspect politique et de porter les intérêts des prêteurs. En effet, aujourd’hui, les plateformes soient elles exercent leurs lobbying indépendamment les unes des autres, soit via Financement Participatif France ou autrej’imagine.

    Concernant l’intérêt des prêteurs, je pourrais citer :

    * la fiscalité comme évoqué par @etienne2803 par exemple,

    * la sécurité. Par exemple, si demain une plateforme disparaît, comment cela se passe-t-il pour les prêteurs? Suivi des dossiers réalisé par qui? comment? La plupart des plateformes assurent que les transactions de remboursement continueront car ils passent par des prestataires de paiement comme Lemon Way mais quand sera-t-il vraiment? Je pourrais également citer l’instauration d’un cadre réglementaire pour le recouvrement comme déjà cité par Mathieu.

    * la transparence des plateformes pour éviter les cas de dissimulation de projets en défauts comme Finsquare par exemple ou encore la simple application du mode de calcul du taux de défaut qui est définit réglementairement mais pas appliqué par toutes les plateformes…

    *etc…

    – Dialoguer, échanger avec les plateformes

    – Dialoguer, échanger avec les prêteurs (c’est le cas grâce à ce forum) mais également communiquer envers eux avec par exemple pourquoi pas l’établissement d’un guide de bonnes pratiques, conseils, d’erreurs à éviter pour les prêteurs débutants sans connaissance économique et financières afin de les alerter des risques et des dangers du crowdlending et de les guider dans leurs premiers pas.

    C’est ce que fait déjà Mathieu avec ces derniers articles et son ebook.

    Dernier point que je vois concernant le rapport aux prêteurs que nous sommes, c’est l’apport d’une expertise technique et financière sur les projets que représente déjà l’agrégateur.

    – Analyse du marché du crowdlending et interprétations, avec retour d’expérience ainsi qu’une veille de l’actualité sur le crowdlending, ce que permet déjà en partie ce site avec le baromètre mensuel, la liste des défauts/ incidents, les informations données par Mathieu concernant les dernières levées de fonds etc…

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 9 mois par 20-100.
    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 9 mois par Mathieu.
    20-100
    Participant

    Bonjour,

    Pour ceux que ça intéresse, la collecte s’est terminée à 1 660 140 € (nouveau record en crowdlending?)

    De nouvelles offres importantes se sont ajoutées aux précédentes citées ci-dessus :

    – offre n° 447 :      30 000 €

    – offre n° 448 :      301 000 €

    – offre n° 477 :       204 000 €

    en réponse à : Itw de Grégoire Dupont, secrétaire général de l'ORIAS #8493
    20-100
    Participant

    Bonjour,

    Suite au visionnage de l’interview de M. Grégoire Dupont de l’ORIAS, une question m’est venue.

    A un moment les flux financiers dans le cas de faillite d’une plateforme sont évoqués. M. Grégoire Dupont stipule que les plateformes ont l’obligation de dire que les flux financiers doivent être assurés même si la plateforme fait faillite.

    Effectivement, à ma connaissance, la plupart des plateformes communique à ce sujet. Communiquer c’est bien mais comment cela se traduit-il pour nous prêteur d’un point de vue contractuel?

    La plupart des plateformes font appel à un prestataire de service de paiement type Lemon Way ou S-Money par exemple, qui assure les flux financiers entre prêteurs et emprunteurs sans que l’argent transite par les plateformes.

    Cela a un côté rassurant dans le cas où la plateforme ferait faillite mais est ce que cela est mentionné dans les documents (contrats de prêts, bons de caisse ou autres), qui lie les prêteurs et les emprunteurs? Est-il préciser que les flux financiers sont assurés par tel prestataire? qui sera garant de faire transiter l’argent de l’emprunteur aux prêteurs ? que la plateforme existe encore ou plus?

    Si ce n’est pas le cas, il serait fort intéressant que cela soit rajouter par les plateformes dans les documents qui lient les emprunteurs et les prêteurs.

    En effet, comment sont rémunérés ces prestataires de service. J’imagine qu’ils prennent une commission sur chaque transaction financière effectuée. Ces commissions sont probablement comprises dans les frais que les plateformes prennent sur le montant emprunter par les entreprises (à moins que ce soit les entreprises qui empruntent qui supportent directement le coût de ces frais?) mais ces commissions sont-elles réglées pour l’intégralité du projet dès le départ ou au fur et à mesure des transactions effectuées? Dans le second cas, si la plateforme fait faillite, ces prestataires de services de paiement n’auront aucune raison de continuer à assurer les flux financiers.

    Y-a-t-il quelque chose de mentionner à ce sujet sur les différents documents, des différentes plateformes, qui vous lient pour chaque projet auquel vous avez prêter?

    en réponse à : Lancement du baromètre du crowdlending « Entreprise » #8489
    20-100
    Participant

    Merci pour l’explication Mathieu.

    Cela signifie que des plateformes ont refusé d’échanger si je comprends bien…

    en réponse à : Lancement du baromètre du crowdlending « Entreprise » #8479
    20-100
    Participant

    Bonjour,

    Que signifie Scrapper et API à côté du nom des plateformes dans le Scope du baromètre?

    Merci d’avance,

    20-100
    Participant

    Bonjour,

    En un rien de temps, la collecte a dépassé 1 000 k€ alors qu’elle stagnait aux alentours des 600 000 €.

    En regardant le montant des offres effectuées, comme souligné par Sylvain, il apparaît quelques sommes très importantes :

    – offre n°125 :      50 000 €

    – offre n°182 :      40 000 €

    – offre n°245 :      20 000 €

    – offre n°299 :      250 000 €

    – offre n°342 :      10 000 €

    – offre n°385 :      350 000 €

    D’un point de vue personnel je trouve dommage que le site ne communique pas sur ces sommes importantes qui doivent émanées d’institutionnels? (fonds « prêtons ensemble » d’Aviva et AG2R peut-être pour l’une de ces sommes?). Cette communication pourrait renforcer la crédibilité du projet auprès du « grand public » et peut-être inciter de nouveaux prêteurs à financer ce dernier. Ces prêteurs souhaitent peut-être probablement garder l’anonymat également? Pour quelles raisons, dans quel intérêt dans ce cas?

    Les offres de 250 et 350 k€ sont vraiment importantes et devraient se multiplier dans le crowdlending étant donné que le fonds prêtons ensemble, cité précédemment, est constitué de 70 millions d’euros pour ne citer que lui. Aujourd’hui, y-a-t-il d’autres plateformes de crowdlending qui ont pu voir des financements aussi important sur leurs projets?

    Selon moi, ces projets d’énergie renouvelables, en plus en Afrique, sont des projets très intéressants en terme d’image et donc de communication pour les institutionnels, en plus de l’aspect nouveau du crowdlending (financement direct des PME) et de l’intérêt financier bien sur.

    Comme Sylvain, je précise que je n’ai aucun lien avec Lendosphère mais travaillant dans le domaine de l’environnement je m’intéresse beaucoup aux évolutions de ce secteur.

    en réponse à : Evolution de l’agrégateur de plateformes #8394
    20-100
    Participant

    Bonjour à tous,

    Deux nouvelles suggestions d’améliorations si ces dernières n’ont pas encore été proposées dont je trouve qu’elles seraient pertinentes dans la page d’accueil de l’agrégateur :

    * Dans la page d’accueil de l’agrégateur, il y a différentes colonnes avec le nom du projet, le montant, le nom de la plateforme etc… Dans la colonne statut, il y a soit « en cours », soit « Terminé ». Il serait peut être intéressant de rajouter les cas « Remboursé » et « En Défaut » de remboursement.

    Cela permettrait peut-être dans un second temps (d’amélioration de l’agrégateur), si on sélectionne une plateforme donnée, Lendix, par exemple, d’avoir en un coup d’œil un récap des performances de la plateforme. Nombre total de projets financés, nombre de projets déjà remboursés, nombre de projets en défaut avec traduction en pourcentage et idem pour les montants en jeu (montant total déjà prêté aux entreprises, montant déjà remboursé, montant en défaut avec traduction en pourcentage). Pour ces données, un filtre par date pourrait également être ajouté, si on ne veut avoir ces informations que pour les projets financés avant ou après une date donnée.

    * Restant en lien avec la colonne statut, si je ne me trompe pas, les projets s’ajoutent de manière chronologique dans l’agrégateur. Il serait peut être intéressant de rajouter une colonne « Date » où il pourrait être indiqué pour un projet dont le statut est:

    « En cours »        J-15 par exemple pour le temps restant pour prêter.

    « Terminé »        La date à laquelle le projet a été financé ou le jours, ou le mois (on est peut-être pas au jour près) où la campagne s’est terminé s’il y a eu déplafonnement ou une campagne prolongée.

    « En défaut »      Date du défaut

    « Remboursé »   Date du remboursement à 100% des prêteurs

    en réponse à : Evolution de l’agrégateur de plateformes #8374
    20-100
    Participant

    Bonjour à tous,

    Merci pour tout le travail accompli sur l’agrégateur.

    Encore une fois je vais me référer à la plateforme Lendosphère sur laquelle je prête, en attendant de trouver des projets sur les autres plateformes qui me tentent (il y a notamment assez peu de projets avec une durée de prêt de 24 ou 36 mois je trouve)

    Le montant final des prêts dans l’agrégateur ne tient pas compte des déplafonnements éventuels que les plateformes peuvent faire pour certains projets. D’ailleurs d’autres plateformes l’ont-elles déjà fait?

    Par exemple le projet nommé A PROPOS D’INNOVENT dans l’agrégateur, concernant 4 éoliennes dans le Soissonnais, mentionne un montant de 1 000 000 € alors que c’est 1 200 000 € qui ont été levés. Idem pour le dernier projet d’EDF Energie Nouvelles, concernant les 2 projets éoliens sur le territoire de Castelnaudary Lauragais Audois. L’agrégateur mentionne un montant de 250 000 € alors que c’est 306 060 € qui ont été levés.

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 11 mois par 20-100.
    en réponse à : Logo de Crowdlending.fr : Votez #8296
    20-100
    Participant

    Bonjour,

     

    Le logo 2 pour ma part.

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 11 mois par 20-100.
    en réponse à : Think tank sur le crowdlending #8073
    20-100
    Participant

    Bonjour,

    Intéressé depuis longtemps par l’économie et la finance à travers l’actualité, ayant acquis quelques connaissances dans ce domaine de part une formation en Administration des Entreprises, couplée à une formation technique d’ingénieur et étant prêteur, c’est avec plaisir, envie et intérêt pour ce sujet qu’est la crowdlending, que je souhaiterais participer et contribuer d’une manière ou d’une autre à ce think tank.

    Bonnes vacances

    en réponse à : Evolution de l’agrégateur de plateformes #8072
    20-100
    Participant

    Bonjour,

    Merci pour ce très bel outil découvert il n’y a pas longtemps.

    Investissant principalement sur les projets de la plateforme Lendosphere, je me rend compte qu’il n’est pas possible de paramétrer le nombre de remboursement.

    La fréquence de remboursement est par défaut mensuel. Or sur Lendosphere par exemple, la fréquence des remboursements peut être trimestrielle, semestrielle etc…

    Fréquence de remboursement qui a forcément un impact sur les intérêts.

    Il serait intéressant de pouvoir paramétrer la fréquence des remboursements et de pouvoir définir le nombre de remboursements en conséquence par rapport à la durée du prêt.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 15)