Accueil Forums Crowdlending Lendosphère Lendosphere

Ce sujet a 70 réponses, 21 participants et a été mis à jour par  Mathieu, il y a 6 mois et 2 semaines.

30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 71)
  • Auteur
    Messages
  • #2010

    mricnet
    Participant

    Parlons ici des projets présentés sur la plateforme Lendosphere, spécialisée dans les prêts aux entreprises intervenant dans les énergies renouvelables.

    #2019

    Mathieu
    Admin bbPress

    Bonjour @mricnet

    J’ai créé un forum spécial pour la plateforme Lendosphère. Certains membres ici ont déjà prêté sur cette plateforme.

    #2022

    Anonyme

    La patronne de Lendosphère est Laure VERHAEGHE.

    Je la trouve très sympathique et le thème de l’écologie me plaît. Donc de prime abord, tout est bon.

    Maintenant quand on commence l’analyse, on s’aperçoit qu’on prête souvent à la même entreprise : INNOVENT (question diversification ce n’est pas top) et que le dirigeant de cette société est GrégoireVERHAEGUE, appartenant à la même famille que la patronne de Lendosphère.

    J’avais déjà interrogé Laure VERHAEGUE sur ce sujet dès le lancement de la plateforme et elle a reconnu faire parti de la même famille que le patron d’Innovent. Ce n’est pas un simple homonyme.

    Je trouve cela très moyen et cela ne me donne pas confiance.

    Mais c’est mon avis perso.

     

    #2045

    mricnet
    Participant

    Oui, mais il y a eu aussi de très bons projets, tel que le parc éolien développé par EDF EN

    Comme toujours, il faut sélectionner.

     

    #2052

    Anonyme

    Oui le projet semble séduisant en effet et pas très loin de chez moi mais l’activité semble ne pas être du tout rentable.

    L’entreprise a été créée en 2001 (il y a 14 ans) et l’EBE reste très fortement négatif : -13.5 M€ en 2014 après -25.1 M€ en 2013…

    Et l’entreprise perd des salariés  : 187 en 2014 (189 en 2013 et 211 en 2012).

    Je peux comprendre que dans ce contexte, les banques refusent de financer.

     

     

     

    #2667

    le ptit vannetais
    Participant

    Je ne sais pas si certains l’ont vu mais Lendosphère a élargi son activité. Les prêteurs peuvent désormais prêter plus de 1000 € par projet. Je n’ai pas été voir dans le détail car je n’ai jamais prêté sur cette plateforme.

    #2907

    flolet
    Participant

    oui, possibilité de prêter sur un même projet plus de 1000 euros, via des bons de caisse (comme Unilend)

    #3462

    le ptit vannetais
    Participant

    L’encours de prêt devrait fortement s’en ressentir en tout cas. 310000 euros financés sur le dernier projet.

    Des montants éminemment nécessaires pour financer ces projets coûteux de transition énergétique.

    #3786

    retha
    Participant

    Lendosphère me semble une alternative valable au LDD qui ne rapporte quasiment rien et dont on ne connaît pas l’utilisation des fonds.

    #3888

    le ptit vannetais
    Participant

    On parle peu de Lendosphère mais la plateforme est en train de boucler un financement à plus de 500k. Il est possible que des institutionnels aient participé toutefois, mais pas de façon majoritaire comme ça peut l’être ailleurs.

    A noter qu’ils se sont associés à Allianz : http://www.crowdlending.fr/allianz-et-lendosphere/

    Cette plateforme gagne en crédibilité avec ce partenariat.

    A quand une interview de Lendosphère, Mathieu ? 🙂

     

    #3889

    Mathieu
    Admin bbPress

    Bonjour Le ptit Vannetais,

    J’ai déjà interviewé Laure … ses réponses figurent dans mon ebook 😉

    Mais en effet une interview en video pourrait être intéressante en février, ou une interview au sujet du partenariat avec Allianz …

    Je vois avec elle.

    Merci

    Mathieu

    #3908

    Mathieu
    Admin bbPress

    Bonjour,

    J’ai posé 3 questions à Laure Verhaeghe au sujet du partenariat avec Allianz. Voici ses réponses : http://www.crowdlending.fr/allianz-et-lendosphere/

    #3911

    le ptit vannetais
    Participant

    Oups ! Je dois avouer que je n’ai pas encore eu l’occasion de lire l’ebook.

    En tout cas, je salue ta réactivité pour cette interview!

    #3914

    romain r
    Participant

    Lendosphère = sociétés pas établies donc projets risqués. Pourtant, les taux ne sont pas au rendez-vous (loin de là). Différence de traitement sur les prêteurs (certains reçoivent des majorations sous prétexte d’habiter dans certains cantons!!).

    Je ne vois pas trop l’intérêt d’immobiliser son capital à moyen terme à des taux faibles sur des projets relativement risqués. Les projets me paraissent plus risqués que Lendix et les taux sont moins attractifs que les projets de plateformes sur enchères (Unilend, Finsquare)…

    Aucun intérêt hormis le coté « bobo » d’investir sur des projets « green »!!

     

    #3918

    mricnet
    Participant

    Bonjour @romain-r,

    Qu’entends-tu par «sociétés pas établies» ? Car selon mes propres analyses, 93% des projets qui ont été présentés par Lendosphère sont réalisés avec des sociétés pour lesquelles il existe un Score3. Ce qui pour moi, constitue un début pour m’aider à me forger une opinion, et est révélateur du bon établissement desdites sociétés (car en l’absence de données insuffisantes ou de sociétés trop récentes, pas de score).

    #3927

    retha
    Participant

    Je ne suis pas bobo mais peut-être un peu « green »! Lendosphère est en tout cas plus intéressant que le livret développement durable que les banques nous proposent, et le partenariat avec Allianz me rassure.

    #3928

    le ptit vannetais
    Participant

    Romain.r, dommage que dans votre esprit « investir dans le green » rime toujours avec « bobo ».

    Moi, j’aurai dis que ça rime plutôt avec « urgent ».

     

    #3931

    retha
    Participant

    Il y a un projet sur 500000 euros, et pour l’instant 581600 euros sont collectés. Je me demande pourquoi le projet n’est pas bouclé, même s’il  restent encore 6 jours pour la collecte.

    #4048

    Le Glaude
    Participant

    Le taux suit-il bien le niveau de risque ? On peut s’étonner de voir le projet « Entre Tille et Venelle » (études préalables à la création d’un parc éolien) simplement au taux habituel de 5 %, alors que l’entreprise fait l’objet d’une notation peu flatteuse sur Societe.com (2 points «défavorables» et un point «moyen»).

    #4618

    le ptit vannetais
    Participant

    Le nouveau dossier de Lendosphère a fixé la barre à 1M d’euros. Ca ne lésine plus !

    Je pense que l’année 2016 pourrait bien voir Lendosphère détrôner Unilend dans sa collecte et à fortiori Finsquare et Lendopolis.

    #4638

    Anonyme

    Ca ne me tente pas du tout. C’est encore Innovent qui emprunte. Souvent les mêmes sociétés…. Et comme c’est un secteur spécifique absence de diversification sectorielle… Rien de pire question risque. Je ne parle pas du fort taux d’endettement de ces sociétés…

    #5713

    Anonyme

    En lisant cet article quelle est votre réaction ?

    Pensez vous que les entreprises financées sur Lendosphère risquent d’être en grande difficulté dans les prochains mois / prochaines années ?

    Qui de l’avenir de la plateforme si on va vers la mort de l’éolienne ?

     

    http://www.20minutes.fr/planete/1793603-20160225-amendement-va-signer-mort-eoliennes-France

     

     

    #5718

    Je ne pense pas qu’ils vont retirer les éoliennes qui sont déjà implantés ^^. Mais pour les prochains projets, ça ne va plus tourner !

    #5726

    Anonyme

    Oui et sachant que s’il n’y a plus d’installation, il n’y a plus d’activité et donc que l’entreprise finit par mourir…et ne plus rembourser ses prêteurs…

    #5757

    Sylvain
    Participant

    Moi je trouve le risque des projets Lendosphère moins élevé que celui d’autres plateformes, voici mes raisons. mais je peux me tromper je serai heureux d’avoir votre point de vue.

    Sur le risque sectoriel :
    Lendosphère est positionné sur l’énergie renouvelable, c’est un secteur qui a connu des soubresauts dans le passé quand les subventions ont baissé en France. Mais nous arrivons maintenant à un niveau ou l’énergie Éolienne et Photovoltaïque est concurrentielle lorsque les conditions climatiques sont réunies. Il y a maintenant moins de risques de ce coté. Le secteur est aussi porteur à moyen terme, car de toute façon les énergies fossiles sont limitées et les nouvelles ressources trouvées ne sont rentables qu’avec des prix de baril élevé. Nous commençons aussi à avoir un recul de plusieurs années avec les pays qui ont commencé tôt. Regardez les performances énergétiques du Danemark ou de l’Uruguay. Si la rentabilité n’était pas là ces pays auraient de gros problèmes.

    Sur le type d’entreprises :
    Les entreprises opèrent souvent sur plusieurs pays, limitant ainsi le risque réglementaire local. Elles ont une taille raisonnable. Elles présentent souvent moins de risques que la magasin du quartier qui peut subir une concurrence soudaine ou pâtir de la santé de son principal acteur.

    Sur la compétence de la plateforme :
    En se concentrant sur un secteur elle a plus de chance de pouvoir identifier les critères de succès des entreprises du secteur. Elle va devenir plus compétente. Ce n’est pas comme de comparer  un jour le risque d’une boulangerie de quartier et le lendemain le risque d’un projet d’investissement industriel.

    Sur les tentatives réglementaires actuelles :
    Nous verrons à la fin de l’échange entre le Sénat et l’assemblé quel sera le texte final. Il est normal comme dans tous les secteurs que cela soit règlementé. Je reste optimiste car à court terme l’éolien est un bon apport énergétique et je ne vois pas la France s’en priver.

     

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 ans et 3 mois par  Sylvain.
    #5765

    Anonyme

    Je ne suis pas un spécialiste dans ce domaine je l’avoue volontiers.

    Donc mon point de vu c’est en tant que consommateur. Que constate t-on depuis plusieurs mois ? Une baisse de la facture énergétique (baisse de la facture du fioul et du gaz).

    Je lis en même temps dans la presse que le prix du rachat de l’électricité photovoltaïque baisse régulièrement.

    Quand je demande à mon chauffagiste quels sont les travaux qui donnent droit à des réduction d’impôt : il me répond : « mon cher monsieur, ce n’est plus systématique, il faut payer très cher les certifications (qui donnent droit aux crédits d’impot) et beaucoup d’entreprises comme la mienne n’ont ni l’argent ni le temps pour les obtenir, y en a marre de la papasserie… »

    Quand je lis que les installations des éoliennes ne seront presque plus possibles  (j’ai vu la carte de la France ça fait peur)….

    Je me demande en tant que consommateur si la grande vague des énergies alternatives n’est pas derrière nous…

    Peut être que je me trompe. Encore une fois je ne suis pas spécialiste mais je ne dois pas être totalement à côté de la plaque il me semble…

    #5788

    Sylvain
    Participant

    Je ne suis pas non plus un spécialiste.
    Je constate juste l’accélération du phénomène au niveau mondial.
    Les puissances connectées au réseau sont chaque année plus importante. Ce sont de plus en plus de grandes installations financées par des fonds, des banques et parfois des collectivités ou état. Il est peu probable qu’ils investissent à perte.
    Les économies d’échelles semblent être importantes, c’est un point mentionné lors de l’ouverture du grand parc photovoltaïque dans le sud ouest. L’optimisation de l’installation, du raccordement ont joué dans le cout global.

    Les petites installations photovoltaïques individuelles avec quelques M² sur le toit ne peuvent pas atteindre les couts de production et d’installation des grandes fermes solaires. C’est encore plus clair pour l’éolien pour lequel la taille de l’éolienne est très importante.

    Je pense que les projets présentés par Lendosphère ont de bonnes chances d’être rentables, les sociétés qui les portent aussi même si elles sont obligées de s’endetter au départ. Mais ce n’est qu’un avis personnel et je peux tout à fait me tromper.

    #6095

    mricnet
    Participant

    Je suis d’Accord avec @sylvain, l’éolien (comme l’immobilier d’ailleurs) est gros consommateur de capitaux pour atteindre la taille critique. Les investissements sont lourds, les durées d’amortissement longues, les taux de capitalisation faibles, mais les modèles sont robustes.

    J’ai noté les scoring des entreprises à l’époque du lancement de leurs projets et si je compare avec ceux d’aujourd’hui, nous avons :

    Améliorations pour : Innovent, VOLKSWIND (assez spectaculaire d’ailleurs)

    Légère dégradation ou stable pour : VALOREM, ABO WIND

    Pour Nucléosir, c’est ambigu car le risque de défaillance (Conan & Holder) à chuté fortement, mais la note Pouey s’est dégradée…

     

    Cela ne veut pas dire que l’on ne va pas avoir de défaillance, mais monter des business d’éoliennes, vu les capitaux en jeu, cela demande un peu plus de surface que de monter un e-commerce. On a peu de risque d’avoir un dirigeant qui prenne un prêt à la sauvette.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 ans et 3 mois par  mricnet.
    #6174

    Alex81
    Participant

    Bonjour à tous,

    je suis beaucoup moins technique que vous, ma question est nettement lus basique !

    J’essaie de simuler les intérêts après impôts et prélèvements, j’ai pour cela découvert la formule VPM grâce à ce post d’un anonyme sur ce même forum. L’exemple va bien pour des échéances mensuelles, mais dans le cas de Lendosphère, les échéances peuvent être annuelles ou trimestrielles, et là je n’arrive pas à simuler le montant des intérêts, et par conséquent le taux « réel » après prélèvements.

    Comment fait-on dans ces cas là ?

    #6503

    Crowdix
    Participant

    Bonjour,

    Quelques commentaires sur Lendosphère et sur le secteur.

    Le secteur est très capitalistique à l’installation. Les sociétés s’endettent lourdement pour pouvoir construire un parc éolien. Une fois le parc construit, les éoliennes ne demandent que très peu d’investissement. Les sociétés concluent généralement des contrats long terme d’exploitation et de maintenance qui comprennent l’ensemble des prestations contre une rémunération annuelle connue à l’avance et indéxée tous les ans.

    Les entrées d’argent sont quasi assurées, les éoliennes bénéficient d’un tarif d’achat garanti pendant 10 à 15 ans. Hormis casse majeure qui obligerait à arrêter les éoliennes pendant une longue période. Mais même en cas de casse majeure, les assurances peuvent dans une certaine mesure prendre le relais.

    Les propriétaires des SPV (Innovent, Volkswind, Valorem, Boralex entre autres) sont généralement des entreprises qui sont implantées dans plusieurs pays comme rappelé dans un post précédent. L’ensemble des projets présentés jusqu’à présent sur la plateforme émanaient de sociétés solides, existants depuis de nombreuses années et ayant déjà un portefeuille de projets en exploitation.

    Mais il ne faut pas oublier que l’emprunt est fait auprès de la société projet du parc éolien et non auprès du propriétaire de la société. Le risque se trouve ici. La société projet peut très bien faire faillite même si de mon point de vue, le risque est plus que limité pour les raisons évoquées plus haut.

    Mon interrogation subsiste sur ces opérations de refinancement. Quel est l’intérêt de refinancer un parc éolien alors que normalement le financement du parc a été sécurisé avant la construction du parc et ce pour toute la durée de vie du parc ?

    Un gros avantage de la plateforme Lendosphère (par rapport à GreenChannel par ex) est que le ticket d’entrée est relativement faible (50 vs 500 chez GreenChannel). Il est donc possible pour les petits épargnants de pouvoir participer à l’aventure ou bien il est possible de répartir sur plusieurs projets l’épargne qu’on souhaite y consacrer.

     

30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 71)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.