Comment mieux épargner ? Forums Crowdlending Parlons crowdlending en général Les prêteurs sont ils toujours responsables à 100% en cas d'incident ?

30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 36)
  • Auteur
    Articles
  • #11151
    Manu SIFP
    Bloqué

    Qu’en pensez vous ?

    Notamment si des infos compromettantes sur le dirigeant étaient dispos avant mise en ligne du projet ?

    Ne trouvez vous pas que c’est un peu trop facile pour les plateformes de se dégager de toute responsabilité ?

    Est ce que pour vous prêteurs, ça vous semble normal ?

    #11155
    Jacquouille
    Participant

    @Manu

    C’est bien pour ça que je n’investis plus que sur Lendix car leurs investisseurs institutionnels prennet déjà au départ 50% de risque + le solde pour boucler si les souscriptions n’atteignent pas 100%.

    Mais je ne prends pas tout d’autant qu’ils ont peu de projets de – de 4 ans.

    Le bar-tabac lyonnais en cours me parait par exemple trop long et trop risqué.

    #11156
    Manu SIFP
    Bloqué

    Moi je reviendrai sur Lendix quand ils régleront 2-3 dossiers chauds bouillants. Et quand on ne me dira plus :  » je n’ai pas prête sur ce projet je ne le connais pas »

    Désolé je refuse de payer pour des emprunteurs escrocs qui pouvaient être démasqués par les plateformes  avant mise du projet en ligne.

    C’est facile de reprendre une base prêteurs et laisser les prêteurs dans cette situation.

    Je préfère 1000 fois donner aux nécessiteux. Au moins j’aurais fait un bon geste.

    Et j’aurai actuellement bonne conscience.

    Je sais qu’il y a des gens qui sont indifférents mais moi ça me met en colère.

    C’est la porte ouverte à tous les abus… C’est contraire à mon éthique.

    Les prêteurs ne doivent être en aucun cas délaissés.

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 2 mois par Manu SIFP.
    #11182
    Patrick de Lendix
    Participant

    J’ai hésité à vous répondre à nouveau sur ce sujet sur lequel nous avons déjà beaucoup échangé, mais c’est peut-être une bonne occasion de synthétiser ce que nous nous sommes dit.  Ou pour paraphraser Louise Attaque, j’accepte (par erreur?) votre provocation.

     

    Nous sommes entièrement impliqués dans le recouvrement de ces dossiers Finsquare. Cela nous coûte énormément, en temps, en argent, en frustration.  Je ne peux pas vous laisser dire que « les prêteurs sont délaissés” ou que “c’est facile de reprendre une base de prêteurs », c’est un contresens complet, surtout venant de vous qui savez quels sont nos efforts.

     

    Ce que vous demandez, précisément, sur ces dossiers Finsquare, est que Lendix compense une partie de vos pertes. Lendix n’est pas responsable de vos pertes sur Finsquare. Il s’agirait d’un geste commercial, que vous êtes en droit de demander, et que nous sommes en droit de vous refuser, surtout au vu des efforts (beaucoup plus coûteux, importants et fructueux) que nous faisons sur le recouvrement. (Au passage, savoir si votre demande doit être accompagnée de pressions plus ou moins vagues, est une question sur laquelle j’ai une vue très claire).

     

    Plus globalement, sur la question du titre de cette discussion, à savoir “Les prêteurs sont-ils toujours responsables des pertes”, voici notre vue (Lendix): oui, sauf si une plateforme ne respecte pas ses engagements et obligations (en particulier de moyens, de transparence, de respect de ses procédures, et bien entendu légaux et réglementaires) .

    Si ce risque n’est pas acceptable pour vous, il ne faut pas que vous prêtiez sur Lendix.

    #11184
    HS1
    Participant

    Manu ,

    Tu sais combien je suis un de tes fidèles lecteurs cependant je crois que le dossier Stane* source de ta frustration est un dossier particulier.

    d’abord il ne s’agit pas d’une entourloupe habituelle ou le voleur se casse avec la somme empruntée dans les 3 mois ,Usl*,esoteric*,ni du genre ou le mec encaisse sa prime de départ en préretraite R&l Par* ,ni celle du genre ou le mec choisit d ’embellir son cabinet 3 mois avant sa mise en vente (Nels*) et bien d’autre..

    Là le gars en question a payé pendant un long moment en attendant de voir ou était son intérêt , en attendant d’ encaisser plus…beaucoup plus . C’est un artiste il a menti à des banques pour monter une agence d’EVASAN, c’est fait prétér des 100KE par des investisseurs, a des mandats politiques ,a embobiné le juge pour etre mis en redressement quand il devrait etre en liquidation.

    D’ailleurs toi ,comme Jacquouille ,comme Pascal vous y etes tous allé et j’aurais fait de meme si j’avais prété à ce moment là ..

    Bref sur ce dossier , non Lendix n’est vraiment pas responsable ,il faut savoir s’incliner dire chapeau  l’artiste tu es le roquencours du crowdlending , le fil* du sud ouest.

    Bref Mr Jtenick à marqué irrémédiablement l’histoire du crowdlending ,les plateformes devront effectivement en tenir compte pour le futur…mais pourqoui Lendix indemniserait le seul dossier ou tout le monde se serait fait bai..er?

    #11186
    Manu SIFP
    Bloqué

    Il y a donc un boulevard ouvert pour tous les emprunteurs louches.

    Ils auraient d’ailleurs bien tort de ne pas profiter de ce système où ils ont tous les droits, où ils ne seront  jamais poursuivis et punis.

    Un prêteur isolé n’ira jamais porté plainte, et une plateforme affirmant que le prêteur est toujours 100% responsable ne portera pas plainte non plus.

    C’est tout bénef pour les autres.

    Cette société là, je la dénonce comme je dénonce tous les hauts dirigeants politiques qui se servent alors que d’autres transpirent et ont du mal à finir leur budget.

    Désolé mais ça je n’en veux pas.

    Et pardon Patrick pour la provocation, mais ça ce n’est pas mon éthique et je ne le cautionne pas vous le savez et ce n’est pas contre vous personnellement mais plutôt contre ce système pervers.

    J’arrête définitivement le crowdlending et je continuerai à informer les prêteurs qui seront dans l’avenir de plus en plus nombreux à comprendre ma colère et à me rejoindre.

    Je préfère donner aux associations caritatives parce que là il y a urgence à mon avis.

    Ceder pour des malheureux oui, pour des escrocs non et je ne cite aucun nom dans ce post.

    Quant à l’idée de s’enrichir à travers le crowdlending je mets en garde les lecteurs contre toutes les illusions qu’on vous vend et qui deviendront bien vite des cauchemars.

    Je travaillerai activement au côté de l’UFC Que Choisir et des associations de consommateurs pour mettre fin à ce scandale.

    Les plateformes de crowdlending creusent définitivement leurs tombes.

    Rdv d’ici 1 an ou 2…

    Achetez les mouchoirs avant…

     

     

     

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 2 mois par Manu SIFP.
    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 2 mois par Manu SIFP.
    #11187
    Jacquouille
    Participant

    Je pense que si Finsquare avait exploité toutes les données de la BdF à l’époque, le Dr Stane* aurait été démasqué. C’était la très grosse négligence du dossier.

    Mais tel que présenté, un chirurgien-dentiste-implantologue installé depuis plusieurs années, il y avait 1 chance sur 1000 pour que ce soit mauvais.

    Nous sommes également responsables, nous prêteurs, pour ne pas avoir trouvé, avant de prêter, les « failles » du dossier. C’est toujours plus facile de trouver quand le dossier est tombé en RJ.

    La seule chose que j’oserais reprocher à Lendix, c’est de ne pas nous donner mensuellement l’état d’avancement (ou non) de la procédure.

    Par exemple, où ça en est pour HADC ? (Stane* et HADC sont mes 2 plantages chez Finsquare)

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 2 mois par Jacquouille.
    #11195
    iSelesele
    Participant

    Je suis cette conversation avec attention car je pense que c’est une question importante. En lisant la réponse de Lendix, je pense que peut-être une autre question se pose: quels sont (ou devraient être) les engagements et obligations des plateformes en terme de sélection des dossiers et envers les prêteurs ?  Le sujet est délicat et mérite réflexion pour aboutir à un système satisfaisant pour tout le monde (sauf les escrocs !). Quelles sont vos attentes ? vos idées ?

    Je ne connais pas le détail des dossiers chauds qui ont généré ce débat, mais de manière générale je dirais que si un escroc a réussi à duper une plateforme et la communauté de prêteurs alors que l’une et l’autre ont bien fait leur travail (autre point à développer: quels sont pour vous les critères d’un travail bien fait ?), alors la plateforme doit avoir un intérêt commun ou au moins une obligation de poursuivre cet escroc afin de réparer le préjudice fait aux prêteurs.

    Si en revanche la plateforme a connaissance d’éléments douteux avant publication du dossier et le publie quand même (et sans en avertir les prêteurs), alors il me semble que cela devrait constituer un non-respect de ses engagements et obligations et donc une faute envers les prêteurs: quels moyens pour les prêteurs de se retourner contre une plateforme-escroc ? (toutefois si les intérêts sont vraiment alignés cela ne devrait pas se produire).

    Enfin si la demande d’emprunt est honnête, qu’elle ne comporte pas de fraude, mais que pour X raison l’emprunteur connaît une défaillance, alors cela fait partie du risque et la plateforme ne me semble pas responsable (à condition que son analyse ait été suffisamment exigeante, critères à définir), mais devrait avoir des obligations de recouvrement.

    Je pense que beaucoup de choses sont encore à mettre au point dans le domaine du crowdlending, et que les discussions et mobilisations des prêteurs et des plateformes sont essentielles pour encadrer son développement.

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 2 mois par iSelesele.
    #11197

    Bonjour @Jacquouille,

    Lendix communique tous les mois, aux prêteurs des projets concernés, les actions de recouvrement amiable. Sur le dossier Stanek nous avons envoyé un e-mail ce lundi (incluant aussi la prochaine date de communication).

    Lorsque le projet est en recouvrement judiciaire (plus précisemment en redressement judiciaire ou liquidation judiciaire) nous communiquons tous les 6 mois ou lorsqu’il y a des nouvelles.

    Voici quelques point d’éclaircissements sur notre gestion du recouvrement judiciaire : Lendix entre en contact avec l’administrateur judiciaire pour s’assurer que la créance a bien été prise en compte et fait le suivi avec ce dernier. L’administrateur judiciaire indique les conditions dans lesquels s’opère la procédure collective en cours et les délais dans lesquels il reprendra contact avec Lendix. Il faut noter que dans le cadre du redressement judiciaire, la procédure peut prendre jusque 10 ans. Il y a d’abord une période d’observation, conçue pour permettre à l’administrateur avec le concours du débiteur de dresser dans un rapport, le bilan économique, social et environnemental de l’entreprise et d’élaborer un plan de redressement qui déterminera les perspectives de redressement en fonction des possibilités de l’entreprise et notamment les moyens de financement disponibles.

    Claire

    #11222
    Manu SIFP
    Bloqué

    @iSelesele : totalement d’accord avec ton analyse #post 11195

    @Claire Juliard de Lendix : je ne me fais absolument pas d’illusion sur ce dossier qui terminera en perte sèche pour les prêteurs.

    Je vous invite à regarder la décision de Prexem d’indemniser les prêteurs sur un dossier. Cette plateforme n’hésite pas à se remettre en cause et est compréhensive avec ses prêteurs…

    #11228
    Blackhole
    Participant

    On peut certes reprocher à un site d’avoir été négligent s’il s’avère qu’une due diligence raisonnable aurait permis de mettre en évidence une escroquerie, et chaque site doit assumer les dossiers qu’il met en ligne.
    Mais personnellement, je ne comprends pas qu’on reproche à Lendix des dossiers qui ont été mis en ligne par Finsquare avant son rachat par Lendix, et dont Lendix n’a fait qu’hériter. Je ne suivrai donc pas Manu sur ce point. Et il me semble globalement que la gestion des retards/défauts par Lendix est satisfaisante. Bref je compte poursuivre mes prêts via Lendix sans mettre à leur passif mes (nombreux!) défauts sur Finsquare.

    #11232
    Manu SIFP
    Bloqué

    @Blackhole : je n’ai jamais écrit que je reproche à Lendix de s’être mal occupé dans leur GLOBALITE des dossiers Finsquare.

    J’ai toujours reconnu qu’ils ont agi de façon très pro sur ces dossiers dans l’ensemble.

    En revanche, et là c’est un point très différent et je ne souhaite pas qu’on mélange tout, Finsquare a mal fait son boulot sur certains dossiers qui ne sont pas des dossiers avec des entreprises qui ont des difficultés économiques, mais des dossiers avec à la fois :

    1/ Des gérants qui sont passés en justice et qui ont été condamnés pour certains actes illégaux ou ces gérants ont déjà multiplié des liquidations judiciaires et arnaqué des établissements financiers avant, etc…

    2/ Ces renseignements étaient disponibles AVANT mise en ligne des projets par finsquare.

    Ce sont des cas bien précis et qui heureusement ne représentent pas la majorité des défauts de chez Finsquare.

    Sur ces cas bien précis (et pas sur tous les défauts ne me dites pas ce que je n’ai jamais dit), le prêteur a toujours in fine MALHEUREUSEMENT payé l’addition.

    Autant je reconnais que les prêteurs doivent assumer la majorité des défauts classiques il faut savoir être responsable dans la vie, autant sur cette minorité de dossiers, j’estime qu’il ne doit pas tout payer. Et sachant que Lendix a repris Finsquare (pour le meilleur comme pour le pire), Lendix doit comprendre cette situation où les prêteurs doivent payer ENTIEREMENT de leurs poches pour financer des escrocs et que ça dérange certains d’entre eux qui ont encore une certaine éthique de la finance. Moi ça me révolte de me sentir abandonné par cette plateforme qui me renvoie depuis peu une bien mauvaise image ! C’est en gros la « double peine » : coupable d’avoir été abusé par des escrocs et coupable d’avoir été leur prêteur et pas soutenu par la plateforme !

    @tout le monde : Et je ne comprends pas pourquoi cela paraît normal à certains d’entre vous que le prêteur doit tout payer car les conséquences risquent d’être extrêmement lourdes.

    Vous savez très bien qu’un petit prêteur ne fait pas le poids face à un escroc et qu’en affirmant que les prêteurs ont 100 % tort, vous favorisez les arnaques sur ce type de placement car les prêteurs n’iront pas devant les Tribunaux. Et qu’on va se retrouver à ce que ce genre d’abus va proliférer. Et ce d’autant plus qu’on va de plus en plus chercher à automatiser le process.

    Je ne comprends décidément pas la réaction de certains, ce que je dis me paraît tellement évident, je dirais que c’est la vérité de la palisse…

    Continuez à donner raison à certaines plateformes, mais dans ce cas, ne vous plaignez pas plus tard, je ne vous défendrai pas.

    Il faut examiner lucidement la situation et s’interroger.

    Quand il y a 2 ans, je disais ici sur ce forum que les projets les plus avancés finiraient à 15 % de défaut, personne ne me prenait au sérieux…

    Quand je critiquais Unilend, je me sentais bien seul…

    Voilà ce n’est rien contre vous tous bien sûr, ça m’arrive de raconter des âneries, mais sur ce point précis, je ne pense pas être très loin de la réalité…

    J’aurais envie de secouer certains, amicalement !

     

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    #11240
    Didier2924
    Participant

    Bonjour à tous,

    Lorsqu’un prêt se retrouve en défaut au bout de 3 ou 4 mensualités, soit la plateforme n’a pas son job (et donc les prêteurs devront le prouver), soit le dirigeant a fourni des documents fallacieux, et dans ce cas des poursuites doivent être engagées par la plateforme.

    Dans le cas des prêts Finsquare, je ne peux incriminer les dirigeants de Lendix. Ce n’est pas à eux de  poursuivre les responsables de Finsquare en justice mais aux prêteurs dont je fais partie. J’ai cessé d’être actif sur Finsquare lorsque a été proposé un prêt par une boite qui était en défaut bâlois, j’en avais discuté en vain avec un dirigeant de la plateforme. Ce dernier prêt a été certes remboursé par anticipation sans casse, mais le risque imposé aux prêteurs était INADMISSIBLE.

    Je remercie Lendix pour le travail effectué sur tous les prêts en défaut, vous imaginez où nous en serions si  Finsquare n’avait pas été racheté, LE CARNAGE !!!

    Par contre une question indiscrète à Patrick : Dans sa lettre aux prêteurs Finsquare, O.Goy avait clairement fait comprendre qu’il avait été abusé par les dirigeants de Finsquare (prêt en défaut, mais mensualité versé par la plateforme….) cela a-t-il engendré des suites judiciaires ? ou plus simplement  une renégociation du prix d’acquisition….

    Je crois comprendre que le prêt du dentiste est l’élément déclencheur de la colère, mais n’ayant pas investi, je n’ai pas suivi,  que s’est il produit ?

     

    #11243
    Manu SIFP
    Bloqué

    @Didier2924 :

    – les affaires entre Lendix et Finsquare ne regardent pas pour moi les prêteurs (renégociation du prix d’acquisation, idée de porter plainte de Lendix contre Finsquare). En tout cas, pour moi simple prêteur, ce n’est pas un sujet qui m’intéresse.

    Mais pour ceux que ça intéresse, quand on rachète une base, on effectue un audit. Ou bien il a été correctement effectué et ça a dû se ressentir sur le prix d’acquisition, ou bien ça a été mal fait… Mais bon très honnêtement ce n’est pas un sujet qui m’intéresse et les prêteurs ne doivent pas en subir les conséquences…

    – Si tu penses qu’un petit prêteur isolé va porter plainte contre un emprunteur escroc ou contre une ex plateforme qui a mal fait son boulot, je pense que ce n’est pas trop réaliste.

    – Alors que faire si tu n’as pas un peu de compréhension de la part de la plateforme et une volonté de condamner ces pratiques (tout en étant rigoureux en amont mais aussi intraitable en aval) ? Sachant que si tu as un minimum d’éthique, savoir que tu as financé des escrocs te met au minimum hors de toi ! Moi j’aurai préféré effectuer des dons pour l’école des enfants de mon village par exemple…

    Nous allons droit vers une multiplication de ce genre d’abus si rien n’est fait pour des raisons que j’ai expliqué dans mon post précédent (à lire absolument).

    Le travail préventif en amont c’est bien mais ce sera très insuffisant si on est totalement laxiste en aval car un filet a toujours des trous et plus on automatise plus les mailles sont larges…

    Au passage si certains escrocs nous lisent, ils doivent être bien contents que non seulement on n’ait pas évoqué ce sujet plus tôt mais qu’on arrive encore à se diviser sur ce genre de question…

    Longue vie pour eux (malheureusement)…

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    #11248
    Didier2924
    Participant

    Ce n’est pas réaliste de demander à Lendix de porter plainte à la place des prêteurs. Tu voudrais que Lendix t’indemnise et ensuite se retourne contre Finsquare ?

    Si tu estimes que Lendix est responsable, dépose plainte.

    Un prêteur n’a pas de poids mais des centaines ? avec l’aides de Que Choisir par exemple ? Les actions collectives toujours pas autorisées ? (je ne m’en rappelle pas.)

    Si des poursuites sont engagées par Lendix, cela peut être utile pour les prêteurs. Et comme Olivier Goy a mis sur la place publique son différend j’aimerai connaître s’il a donné une suite à sa lettre.

    En quoi le prêt du dentiste serait frauduleux ?

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Didier2924.
    #11250
    Manu SIFP
    Bloqué

    @Didier2924 :

    1/ Je ne parle pas d’un dossier X ou Y ici sur le forum pour des raisons évidentes

    2/ Je demande un geste commercial à Lendix qui ne correspond pas forcément au montant de la perte. On peut couper la poire en 2 et on peut le faire sous forme d’abondement pour les prochains projets Lendix.  C’est un exemple. Je suis souple dans la façon de traiter ce genre de dossier. Et uniquement pour cette raison exceptionnelle pour ne pas dégoûter complètement les prêteurs  et pour leur montrer que les plateformes les soutiennent. Un grand chapeau d’ailleurs à Prexem pour son geste cette semaine (qui je pense ne doit pas être compris par un grand nombre d’entre vous apparemment si je reste logique…)

    Libre à Lendix de se retourner ou pas contre les emprunteurs ou anciennes plateformes (ce n’est pas les problèmes des prêteurs encore une fois)

    Si on peut discuter sérieusement tous ensemble entre plateformes, prêteurs et être la main dans la main au lieu de défendre sa position dans un Tribunal ?

    Si on peut être solidaire entre nous.

    Mais bon si personne ne partage ma position et estime qu’il n’y a aucun gros risque pour l’avenir et que tout va très bien Madame la Marquise… j’arrête de discuter sur ce sujet en tout cas ici. C’est du temps perdu pour moi.

    Je répondrai aux mails que j’ai reçu de la part de prêteurs désabusés, de ceux qui n’ont plus confiance à ce système beaucoup trop dangereux et qui autorise bien trop d’abus.

    Tout l’inverse de ce que je pensais du crowdlending au début… (Placement éthique)

    #11251
    Didier2924
    Participant

    Désolé mais je ne suis pas obligé d’être d’accord avec ta position, va au bout de ta position en justice, et celle ci déterminera si tu as raison et moi tort sur la responsabilité de LendiX

    Lendix a remboursé les prêteurs lorsqu’ils ont présenté un projet qui était une arnaque, et a déposé plainte. Ils ont été logique.

    Comme tu ne veux pas pour des raisons évidentes parler du projet, je dois te croire sur parole ?  Et bien non je ne fonctionne pas comme cela.

    Quant à l’avenir du crodlending, j’ai beaucoup de doutes :

    Même des pros se trompe sur des entreprises, quand je vois des boites cotaient 4 par la BDF et qui se trouvent en LJ quelques mois plus tard…

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Didier2924.
    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Didier2924.
    #11253
    Manu SIFP
    Bloqué

    @Didier2924 : tu as parfaitement le droit de ne pas être d’accord avec ma position (heureusement d’ailleurs)

    Mais lis moi jusqu’au bout avant d’être d’accord ou pas avec moi, c’est tout ce que je te demande mon cher ami !

    J’avais écrit la chose suivante qui était la réponse de Patrick de Lendix à mon mail donc je ne l’invente pas.

    « Je veux répondre très clairement, sans aucune ambiguïté, à un point que vous soulevez : la compensation des prêteurs en cas de fraude. Ce sont les prêteurs qui portent le risque, pas la plateforme. Nous ne séparons pas les cas de fraude et les défauts de « crédit pur »

    mais aussi concernant un dossier X (je ne dévoile aucun nom) :

    « Nous avions été clairs sur *****, et je vous invite à relire l’e-mail que nous avons envoyé à l’époque. Nous avons racheté la créance car nous étions (QUASI-) CERTAINS de récupérer l’argent et que détenir la créance nous-mêmes devait permettre d’accélérer fortement le recouvrement »

    Ces 2 phrases ont le mérite d’être très claires pour moi et je remercie Patrick pour sa franchise.

     

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    #11257
    Didier2924
    Participant

    Trop d’arrogance de ta part pour être mon ami.

    Et je devrais te croire sans preuve ……………..

     

    #11258
    Didier2924
    Participant

    Les dirigeants et les autres actionnaires de Lendix sont tellement impliqués financièrement sur les prêts qu’ils proposent, que je ne doute pas de leur prudence, mais je suis CERTAIN que les défauts vont augmentés.

    J’arrête

    Bonne soirée.

     

    #11259
    Manu SIFP
    Bloqué

    Allez ça recommence… on ne débat pas sur des idées comme « je suis d’accord ou pas avec tes idées ».

    « Je suis d’accord parce que… »

    « Je ne suis pas d’accord parce que… »

    Ca, c’est constructif pour moi. Et ça permet de faire avancer les choses, tu ne trouves pas ?

    Arretons les « tu es arrogant » c’est un jugement sur des personnes qui ne mène à rien, et c’est du même niveau caniveau que les débats pour la Présidentielle !!!

    Moi je respecte tout le monde, j’aime le débat d’idées.

    C’est vrai que je n’aime pas qu’on déforme mes propos, c’est vrai que je n’aime pas me faire arnaquer. Mais désolé si je ne cache pas mes sentiments et pardon pour ceux que cela offense.

    J’aime les relations franches, directes et sincères, je suis comme cela.

    Mais je suis sincèrement déçu que les prêteurs ici sur ce forum tout particulièrement ne défendent pas leurs intérêts.

    On me parle d’une association de prêteurs, j’aimerai bien y croire et je trouve que ça peut se faire et j’espère sincèrement qu’ils y arriveront.

    Mais quand je vois qu’on n’est pas capable de se mettre au minimum d’accord sur un certain nombre de points, je suis vraiment triste pour vous et j’ai peur que toute tentative soit vouée à l’échec dans ces conditions.

    C’est vraiment dommage et je suis sincère. Je crois qu’il n’y a plus rien à faire ici.

    Avec tout le respect que j’ai pour vous.

    Bonne soirée à tous et à toutes.

    PS : je veux encore continuer à croire que Lendix est au dessus de toutes les autres plateformes et qu’elle a une attitude compréhensive et commerciale et je remercie Patrick et Olivier de Lendix pour leur franchise (qualité devenue trop rare malheureusement)

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    #11267
    Mathieu
    Maître des clés

    @manu-sifp

    Je pense complètement le contraire de toi sur ce sujet 😉 en effet je suis contre le remboursement des prêteurs par les plateformes et je vais essayer de t’expliquer pourquoi :

    – c’est un Placement risqué et ce n’est pas en remboursant les preteurs qu’on les responsabilisent, au contraire ils risqueraient de se dire qu’il n’y a pas de risque puisque les plateformes les paient.

    – les plateformes remboursent sur fonds propres or elles sont plutôt fragiles financièrement, ce qui pourraient les mettre en péril, avec comme conséquence possible encore plus de défauts … imaginons Finsquare sans la reprise par  Lendix ?!

    D’ailleurs quand Lendix avait remboursé Qualiop, j’avais eu une longue discussion avec Patrick sur le sujet car je ne trouvais pas ça normal… même si je ne peux être que très content pour les prêteurs !

    Par ailleurs les remboursements faussent les stats et ne permettent pas la comparaison des plateformes entre elles, notamment entre celles qui ont la capacité de rembourser et les autres.

    Bonne semaine 😉

    #11269
    Manu SIFP
    Bloqué

    @ Mathieu : Salut Mathieu : donc tu réponds oui à la question :

    « Les prêteurs sont ils toujours responsables à 100% en cas d’incident ? »

    tu réponds  par l’affirmative sans nuances entre fraudes connues avant mise en ligne du projet et autres incidents.

    Et avec le risque que les escrocs n’hésitent pas à en abuser ? Les prêteurs étant isolés n’osant pas porter plainte…

    Ca a le mérite d’être clair et assez radical (ce n’est pas une critique)

    Même si ta réponse me convainc d’arrêter le crowdlending ! Pour des raisons éthiques.

    J’attends donc maintenant la réponse des Associations de Défense des Consommateurs.

    Merci en tout cas et bonne semaine à toi aussi et bonnes stats !

    @Tous : merci de signer la pétition !

    https://www.change.org/p/crowdlending-pour-une-indemnisation-des-prêteurs-en-cas-de-fraude-déjà-connue

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    #11275
    Manu SIFP
    Bloqué

    @Mathieu : je pense que ma position est parfaitement équilibrée et que c’est normal de se poser la question de la responsabilité des plateformes, des prêteurs dans tel ou tel cas.

    Penser que les prêteurs sont responsables à 100% quelque soit le cas comme je l’ai démontré va entraîner de nombreux abus dans le futur. Pourquoi ?

    1/ Car le petit prêteur ne va pas porter plainte  contre l’emprunteur escroc ou contre une plateforme ce qui va renforcer la conviction des escrocs à venir sur ce marché où il est sur de gagner. Soit c’est détecte en amont et il ira tenter sa chance sur une autre plateforme (il y en a une quinzaine) soit ce n’est pas détecté en amont et il peut commettre ses méfaits en toute impunité ! Bingo !

    2/ Les plateformes doivent collecter davantage pour atteindre leur seuil de rentabilité. Elles sont incitées à multiplier les prêts pour survivre. Si rien ne les responsabilise elles vont multiplier les dossiers pourris pour y arriver c’est certain.

    3/ Finalement il y en aura un qui paiera entièrement les pots cassés c’est le prêteur.

    Bref se poser la question de la responsabilité de chacun est pour moi primordial pour la survie de ce secteur très fragile. Il faut aussi légiférer. On repensera à moi d’ici quelques mois !!!

    La question de la responsabilité des prêteurs ? Responsabiliser les plateformes uniquement sur ce type de dossiers (minoritaire) ne va pas deresponsabiliser les prêteurs dans les autres cas de figure. Chacun a conscience des risques.

    Concernant les stats, les prises en charge doivent être clairement indiquées comme chez Lendopolis avec un dossier. La dessus je suis intraitable. Il ne faut pas cacher cette prise en charge.

    Voilà, maintenant à nous de décider.

    Ou on discute sur la responsabilité de chacun pour sauver ce secteur fragile, ou les petits prêteurs vont tout payer mais là je ne donne pas 2 ans sur l’avenir du secteur.

    J’espère Mathieu que tu ne vas pas choisir l’option 2…

    Tu veux comme moi que ce secteur prospère et non fasse parler de lui en mal…Comme l’exemple de tous les abus et escroqueries…

    @ tout le monde Ce que j’écris est il si insensé pour vous ? Je ne comprends pas certaines reactions. Quand je touche à un sujet sensible sur des plateformes, je vois que j’affecte certains d’entre vous qui sont normalement aussi de simples prêteurs comme moi…Réfléchissons ensemble.

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    #11283
    Mathieu
    Maître des clés

    @manu-sifp

    Je te pose la question : Qu’est ce qu’un escroc ? est ce à toi, à moi ou encore à nous de juger ?

    Nous sommes dans un état de droit et c’est à la justice de trancher. Or le docteur St par exemple n’a pas encore été jugé en ce sens …

    Donc qu’il y ait des associations de défense des prêteurs, je suis pour …

    Que les bonnes plateformes se développent et que les mauvaises meurent (vite), je suis pour …

    Mais je ne suis pas pour que les plateformes remboursent certains dossiers et pas d’autres … car c’est à la justice de déterminer si c’est un escroc ou non (même si on est d’accord sur le fait que la justice se trompe parfois)

    #11284
    Manu SIFP
    Bloqué

    @Mathieu : tu sais sur Terre, il y a des gens honnêtes. Parmi les entrepreneurs il y en a aussi plein. Et il y en a tous les jours des honnêtes qui demandent des financements. Ça ne manque pas.

    Les plateformes n’ont qu’à sélectionner des projets les concernant.  Et s’il y a un problème de sourcing il ne faut pas être  tenté de sélectionner des projets pourris, tu me comprends ?

    Je parle de généralités et je ne donne pas d’exemples X ou Y.

    Si tu as un entrepreneur qui a éte mis en cause par un Tribunal (pas par moi) de ne pas avoir paye depuis X années son du à ses créanciers et que ce jugement est disponible par le public avant financement,  la plateforme est en faute de présenter un dossier de financement avec ce même dirigeant.

    Quand un Tribunal (pas moi) reconnait qu’il y a eu de la part de ce dirigeant une déclaration totalement erroné de ses revenus et de son patrimoine à ses créanciers, la plateforme ne doit pas présenter un dossier de financement concernant ce dirigeant.

    Il y a d’autres exemples bien sûr que je pourrais te citer mais là c’est flagrant.

    Si pour toi tu estimes que la plateforme a eu raison de financer un dirigeant comme cela, eh ben je suis totalement en opposition avec tes idées. Ça me fait même peur que tu defendes une plateforme comme cela…

    Mais bon chacun pense ce qu’il veut…

    En tout cas je m’aperçois que dans ces conditions, le crowdlending est une réelle opportunité pour des gens mal intentionnés.

    Et encore une fois je parle de généralités.

    Y a t-il quelqu’un qui partage ce que j’écris ?

    Franchement ça ne paraît pas insensé ce que j’écris et je ne comprends pas pourquoi on s’interroge encore sur ce sujet.

    Et pourquoi on pense que dans tous les cas, les plateformes ne sont absolument pas responsables.

    Je n’en reviens toujours pas…

     

     

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    #11285
    thierry_j
    Participant

    Quelques réflexions pour tenter de faire avancer le sujet.

    D’abord une des remarques de Didier me parait pertinente: une entreprise défaillante au bout de 3 ou 4 échéances, ce n’est pas acceptable. Soit c’est une escroquerie, soit c’est une défaillance que la plate-forme aurait du détecter. Les plate-formes doivent être capables de détecter les risques de défaillance dans l’année qui vient (je ne dis pas de jouer les madame Irma, mais bien d’évaluer un risque).

    Ensuite il faut sans doute mettre des engagements sur les notations. Perso, les notations A, B, C ou 3, 4, 5, je n’y prête pas une grande attention car qu’est ce que cela change? Il faudrait que çà corresponde à un vrai engagement de la plate-forme vis à vis des prêteurs, du type: C=à vos risques et périls, B=je couvre x% des pertes, A=je couvre y% des pertes. Par exemple, pour une classification A, la plate-forme s’engage à couvrir 100% des pertes si défaillance la première année. Si elle fait bien son boulot, elle ne prend pas un gros risque et çà rassurerait les prêteurs.

    #11287
    Manu SIFP
    Bloqué

    @thierry-j : c’est une possibilité.

    À titre perso je sépare les cas avec des éléments compromettants sur les dirigeants avant financement et les autres cas (connus après).

    Avant : la plateforme est responsable.

    Après : la plateforme peut aussi avoir été victime d’une escroquerie qu’elle ne pouvait pas déceler. Pour moi la responsabilité de la plateforme est proche de 0%. Néanmoins la plateforme doit porter plainte avec les prêteurs et mutualiser les moyens pour la défense. Qqch comme ça.

    Bref dans le 1er cas elle doit indemniser le prêteur dans le second elle doit l’accompagner dans ses demarches.

    Le but étant de dire aux personnes malhonnêtes : stop n’allez plus vous financer ici vous risquez gros.

    Et là je dirai chapeau ! Le crowdlending reprendrait grâce à mes yeux et là je me remettrai à preter.

     

    #11288
    Manu SIFP
    Bloqué

    Ce débat est très intéressant. Il en ressort 2 visions des choses très différentes.

    1/ D’un côté, ceux qui estiment que le prêteur est 100% responsable dans tous les cas.

    S’il y a eu fraude, c’est au prêteur de prouver cette fraude et d’aller lui même devant les Tribunaux et de se débrouiller comme un grand.

    Dans les autres cas, il doit totalement assumer ses défauts.

    Exit l’idée des infos erronées sur la plateforme, le preteur a été correctement informé.

    Exit l’idée que la plateforme est responsable de la mauvaise sélection des dossiers, y compris lorsqu’il y a des infos compromettantes sur l’emprunteur, c’est le prêteur qui en est responsable et il n’a pas à râler à chaque défaut.

    Donc la plateforme en aucun cas doit prendre en charge partiellement ou totalement le remboursement du prêt.

    Si une plateforme fait mal son boulot c’est au prêteur de faire le nécessaire en ne prêtant plus sur celle ci en toute connaissance de cause.

    C’est la voie ouverte à une forte augmentation de la collecte dans les prochains mois de façon totalement anarchique.

    Ça sera fois combien ???

     

    2/ Autre vision : la mienne qui apporte des nuances à cette analyse radicale et qui est pour moi très dangereuse pour tout le monde.

    Avec une responsabilité pour les plateformes dans certaines conditions (informations erronées sur l’emprunteur, emprunteur déjà jugé…).

    Je vais demander cette semaine à chaque patron de plateforme sa vision des choses sur ce sujet.

    J’enverrai les réponses aux Associations de Défense des Consommateurs pour avoir aussi leur point de vue et je reviendrai vers vous très prochainement pour la synthèse.

    Bien entendu à titre personnel, je ne soutiendrai pas les plateformes ayant la 1ere version et je ne leur ferai pas de pub prochainement elles peuvent compter sur moi.

    Bonne journée à tous et à toutes.

    Pour la défense des preteurs.

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 1 mois par Manu SIFP.
    #11306
    Mwy
    Participant

    On parle beaucoup de visions des choses, et on voit qu’il y a entre certains points de vue un grand écart.

    Mais dès lors que l’on utilise le mot responsabilité, il convient de préciser de quoi l’on parle.

    Si on parle de responsabilité administrative, alors c’est à une instance administrative d’en décider,
    si on parle de responsabilité juridique, alors c’est à une instance juridique d’en décider.

    Ici on parle de la responsabilité des pertes subies par un prêteur, on parle donc en premier lieu de la responsabilité d’un placement, effectué en connaissance de cause (oui, j’entends déjà les objections, j’y reviens plus tard 😉 ), et de l’acceptation du risque de perte totale qui lui est associé.
    De ce point de vue là, il me semble bien que le prêteur est responsable à 100%.
    En gros dès lors qu’il signe le contrat de prêt, il est responsable de ce qu’il adviendra à son argent car il a accepté un ensemble de clauses qui dégagent la plateforme de toute responsabilité à cet égard.

    Je reviens sur ma première parenthèse : « en connaissance de cause ».
    Et oui, car le prêteur, lui, place son argent en fonction des informations qui lui sont disponibles, et qui elles-même proviennent de la plateforme, qui elle même les tire du porteur de projet ainsi que (si elle fait bien son boulot) d’une analyse des éléments à sa disposition.
    De ce point de vue là, les plateformes ne prennent il me semble pas d’engagement, (donc pas de responsabilité, cela étant je ne considère pas cela comme anormal. Perfectible peut être, mais pas anormal).
    Toutefois, les prêteurs, eux, s’engagent également. Au premier chef ils s’engagent à rembourser selon les conditions du prêt, au second ils s’engagent à allouer l’argent reçu au projet tel qu’il a été présenté aux prêteurs.
    Lorsque l’on parle d’escroquerie, je considère que l’on parle donc d’un non respect volontaire de la part de l’emprunteur d’un ou de ces deux engagements.

    Dans un tel cas, je considère que c’est l’emprunteur qui est responsable, mais la décision de lui attribuer la responsabilité des pertes doit être soumise à l’appréciation des autorités compétentes (la plateforme n’y pouvant pas grand chose hormis se remettre en question).
    Dans la pratique, responsable ou pas, cela se solde par une perte totale ou partielle du capital pour le prêteur et ne change donc pas grand chose pour lui.
    Soyons honnête, on ne peut décemment pas décider nous même de cette responsabilité, en particulier sur le seul critère d’un incident arrivé précocement sur un prêt.

    Le seul point qui pour moi mériterait d’être approfondi et impliquerait de pouvoir attribuer une part de responsabilité à une plateforme, ce sont les cas dans lesquels la plateforme fait ou a fait preuve de négligence (j’ai envie de citer Finsquare, comme ça, pour voir…) :
    Ce point pose les problématiques suivantes : comment établir une négligence, auquel de ses engagement peut-on confronter une plateforme ?
    Je ne connais pas de réponse, et je ne crois pas qu’il y ait de raison de le faire, à partir du moment où l’on utilise un service (une plateforme), on l’accepte selon ses propres conditions. Quand bien même elle fournirait un service de très piètre qualité (sélection négligente des dossiers), dès lors que l’on a tous coché la case « je reconnais avoir pris connaissance du risque de perte totale ou partielle de mon capital… patati patata… », la responsabilité de la plateforme n’est plus en jeu, le seul recours est de cesser de faire appel à ses services.

    Voilà voilà, c’est un peu confus mais je crois avoir fait un tour du sujet. Je précise que je n’ai aucune formation juridique, je dis peut être des énormités, mais je vous laisse le soin de me reprendre. Et j’ajoute que ces propos n’engagent que mon point de vue personnel.

     

30 sujets de 1 à 30 (sur un total de 36)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.