Accueil Forums Crowdlending Enerfip Enerfip : Quels sont vos avis sur cette plateforme dédiée aux ENR

Mots-clés : 

Ce sujet a 95 réponses, 21 participants et a été mis à jour par  Léo d’Enerfip, il y a 5 mois et 1 semaine.

30 sujets de 31 à 60 (sur un total de 96)
  • Auteur
    Messages
  • #12827

    bugger
    Participant

    Il y a un projet intéressant sur le site d’Enerfip : il s’agit de celui du Parc de la Renardière. Il est different de ce que l’on peut trouver habituellement sur lendosphere ou enerfip, car il s’agit de racheter des actions et non pas de prèter.

    Du coup celà permet d’avoir accès à plus d’information sur le fonctionnement d’une société de parc éolien (pour ceux que ça interesse de comprendre les rouages).

    En revanche il y a deux points qui ne sont pas clairement annoncés par Enerfip dans la présentation du projet, et que l’on peut trouver dans ces documents qui entament énormément ma confiance dans la plateforme :

    1) Le président de la société par action ainsi créée est sébastien Jamme, qui est également le fondateur d’enerfip et le directeur financier d’une société basée à Dubai/Singapour/Maurice. On y apprend par ailleurs que l’adresse de résidence de ce monsieur est à l’Ile maurice (à la page 90 du document réglementaire vous aurez son adresse, curieusement différente de celle de son CV). Ca ne fait vraiment pas très sérieux. On pourrait penser à une mise à l’abri judiciaire et/ou fiscale, voir à un simple système de boite aux lettres comme tant de sociétés écrans savent le faire. Enfin l’actionarat enerfip ne représentant que 14% du parc éolien, les décision de rémunération du président risquent d’être dificilement controlable.

    (A comparer également avec un Mr Goy qui nous fait un warning chaque fois qu’il propose une opération avec une société avec laquelle il aurait pu être en contact il y a 3 ans et avec laquelle il n’a plus de participation…).

    2) entre le capital souscrit et le montant levé il y a un différentiel de près de 80000 euros lié à des « frais de fonctionnement de la société », et « cout de l’opération » soit quand même de l’ordre de 8% de frais dont j’ aimerai bien comprendre la ventilation, car (si je comprend bien) ce sont les actionnaires qui paient cette perte de valeur des actions en entrant au capital.

    A approfondir, car pour le reste les fondamentaux financier du projet sont intéressants. Mais le mélange entre prise de participation et obligataire ne me semble pas permettre d’à peu près sur la gouvernance.

    Leo, si tu as des éléments de réponse constructifs, je suis preneur.

     

    #12828

    HS1
    Participant

    Oui il s’agit d’acheter des action d’une société citoyene qui possèdera 14% des parts du parc Eolien ce parc à déjà 8 ans ,et le gain garanti est de 5% /an

    les éoliennes ont 20 ans d’espérance de vie donc dans 12 ans lil faudra changer les éoliennes ont aura touché environ 60% du capital brut??

    Selon vous est-ce rentable???car pas de garanti de pouvoir revendre ses parts…..

    #12881

    bugger
    Participant

    Étonnant quand même de voir un projet de prise de participation mené par une plateforme , où le fondateur de la plateforme prend directement la présidence de la société d’actionnaires. Le conflit d’intérêt semble inévitable dans ce cas du projet de la Renardière.

    Avez vous connaissance d’autres cas recensés?

    #12886

    iSelesele
    Participant

    Il ne reste que quelques jours pour investir sur le projet GreenLoc3, tant pis ce sera sans moi.

    En effet, depuis l’ouverture de ce projet, j’ai tenté de poser deux petites questions en commentaire, à deux reprises : aucun de mes commentaires n’est affiché, et je n’ai reçu aucune explication justifiant le refus de les publier. C’est très frustrant.

    Mes questions étaient les suivantes:

    – les projets précédents, GreenLoc et GreenLoc2, ont-ils bien obtenu le financement bancaire prévu ?

    – quelle est la raison de la baisse du taux, qui était à 7% pour les deux premiers projets mais à 6% pour celui-ci ?

    Faut-il en conclure que les réponses sont embarrassantes ?

     

    #12890

    HS1
    Participant

    @iselesele

    entièrement d’accord j’ai posé une question sur la durée de vie des Eoliennes (20 ans) alors qu’on nous propose de prendre des parts sur des Eoliennes qui ont 8ans …

    Pas de réponse et surtout aucun commentaire affiché.

    Ce n’est pas la plateforme de la transparence ça c’est sur.

    #12891

    Pascal
    Participant

    Je pense me mettre aussi aux ENR mais c’est une spécificité du crowdlending que je ne connais pas du tout.
    Qu’elle Plateforme me conseiller vous?

    #12892

    Patrick_67
    Participant

    J’investis principalement sur Enerfip et Lendosphere.
    Ce sont des plateformes dédiées dans les EnR.

    Au rang des plateformes dédiées, on trouve aussi (mais que je déconseille) :
    Lumo que je déconseille parce qu’ils prélèvent des frais sur l’investisseur qui se montent à 3% du capital investi.
    AkuoCoop de création récente. Cette plateforme ne propose que des projets de sa maison mère Akuo Energy et pèche sur la rentabilité des projets en ne proposant, pour l’instant, que des projets rémunérés à 4% sur des durées relativement longues (4 ans).

    Et 2 plateformes non spécialisées proposent de temps en temps des projets en EnR:
    Wiseed et Lendopolis.

    Je ne connais pas d’autre plateforme proposant des EnR.

    #12911

    Julien Enerfip
    Participant

    Bonjour @bugger,

    Merci pour vos questions et pour l’intérêt que vous portez à notre plateforme. Je suis Julien, l’un des co-fondateurs de la plateforme et je vais répondre à l’ensemble de vos interrogations.

    Afin de bien clarifier le contexte, je rappel les tenants et les aboutissants du projet de Renardière : Il s’agit d’un parc éolien en fonctionnement depuis 7 ans et qui compte parmi ses actionnaires historiques la Société d’Economie Mixte du Département de Loire-Atlantique LAD-SELA. Cette SEM avait initialement prévue de vendre au bout de 7 années les parts qu’elle détient avec une condition très claire : que seuls des citoyens puissent se substituer à elle.

    Pour répondre à cette demande, il était plus simple d’un point de vue administratif de créer une société regroupant tous les citoyens souhaitant investir, afin que cette société rachète les parts détenues par LAD-SELA. Nous avons donc, sur demande de LAD-SELA et de Zephyr, développeur et actionnaire principal du projet, créé une SAS dénommée « Société Citoyenne Vincentaise » (SCV ci-après). Cette société regroupera donc tous les citoyens qui investissent et qui en deviendront actionnaires, et c’est cette structure qui deviendra actionnaire du parc éolien de la Renardière en lieu et place de LAD-SELA. Un schéma explicatif de ce montage est donné au début du descriptif du projet, sur Enerfip.fr.

    En réponse à vos interrogations, les investisseurs seront donc uniquement actionnaires et à 100% de SCV, elle même étant actionnaire (et uniquement actionnaire) du parc éolien de Renardière à hauteur de 14%. Il n’y à donc pas d’émission d’obligations dans ce projet.

    Concernant le fait que Sébastien, l’un des fondateurs de la plateforme, soit le représentant légal de SCV, c’est qu’il nous fallait mettre une première personne afin de créer l’entreprise pour que tout le mécanisme soit en place au moment de la collecte. Enerfip étant mandaté par LAD-SELA et Zéphyr, nous avons nommé l’un d’entre nous pour être le Président de la structure. Sébastien était effectivement Directeur Administratif et Financier (DAF) d’une société basée à Singapour et Maurice, il travaillait sur son temps libre sur Enerfip et il avait sa résidence à Maurice où il était en mission pour son ancienne employeur. Il y à quelques semaines, Sébastien est rentré en France et à pris à plein temps le poste de DAF d’Enerfip. Il vit à présent avec sa famille en région parisienne. Il faut donc bien distingué le fait que l’ancien employeur soit une société basé à l’étranger et le fait qu’Enerfip, SCV et Renardière soient bien des sociétés de droits français, basées en France et payant leurs impôts en France, sans aucun montages.

    Pour le point 1), Les actionnaires de SCV pourront donc non seulement contrôler la rémunération du Président (qui est prévue à 0€ dans les statuts) mais surtout ils pourront révoquer ce même Président et nommer un autre Président de leur choix. Il n’y à pas de conflit d’intérêt car Sébastien, représentant d’Enerfip, n’est là que pour accompagner la réalisation de la collecte et l’acquisition des titres de LAD-SELA. Un citoyen pourra alors sans problèmes reprendre ce rôle à son compte.

    Pour le point 2) il s’agit d’une erreur typographique (que nous allons corriger) présente sur le schéma de l’onglet « Donnée financière ». En effet, l’objectif de la collecte est de 860 000 €, ce qui correspond aux 858 300 € qu’il faudra débourser pour acquérir les 14,03% de LAD-SELA, le différentiel servant à payer les frais administratif et comptable pour le premier exercice.

    Est-ce plus clair pour vous ?

    N’hésitez pas à rebondir sur ce commentaire si vous avez d’autres questions.

    Très bonne journée à vous,

    Julien

     

    #12912

    Julien Enerfip
    Participant

    Bonjour @hs1,

    Veuillez nous excuser pour le temps pris pour vous répondre, mais nous étions très pris ces derniers jours.

    Vous mettez justement le doigt sur l’un des immenses avantages de ce projet et de cette opportunité d’investissement : nous avons mis en place une garantie de rachat annuelle de vos parts avec un TRI garanti de 5%. Dit autrement, vous pourrez sortir chaque année de l’actionnariat avec la certitude que le prix de vente qui vous sera proposé vous permettra de récupérer votre nominal ET les intérêts correspondant à un TRI de 5%. Zéphyr, l’actionnaire principal du projet (représenté par France Farms et Parc de la Haute Chèvre) s’est engagé à racheter les parts de celles et ceux qui voudraient sortir avec ce système de calcul. La formule en question est d’ailleurs décrite dans les statuts de la société citoyenne, dans le chapitre « Prix de cession » page 8.

    Il faut ici préciser que cette garantie est valable durant les 8 années de contrat restant. A la 8ième année, vous aurez le choix entre :

    • sortir avec la garantie explicité ci-avant
    • rester dans l’actionnariat et parier sur la rentabilité future du parc ou sa valeur résiduelle

     

    Je suis à votre disposition pour toutes interrogations ou demandes de compléments,

    A plus tard,

    Julien

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 ans et 2 mois par  Julien Enerfip.
    #12914

    Julien Enerfip
    Participant

    Bonjour @iselesele,

    Toutes nos excuses pour le temps que nous avons pris à vous répondre. Nous venons de mettre en place un système interne de traitement et de suivi des commentaires. Nous serons plus réactifs à l’avenir.

    Nous vous confirmons que les projets GreenLoc 1 et 2 ont bien obtenu leur financement, auprès de la Caisse Sud Rhône Alpe du Crédit Agricole.

    Le taux est passé de 7% à 6% entre GL2 et GL3 car le risque est moindre sur ce projet, le modèle économique de Cam Energie Services étant plus mur et les organisme bancaire ayant reconnu et suivi ce mécanisme.

    N’hésitez pas si vous avez d’autres questions,

    Cordialement,

    Julien

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 ans et 2 mois par  Julien Enerfip.
    #12916

    Didier2924
    Participant

    Bonjour Julien,

    Merci pour votre présence.

    Je n’ai pas lu toute la documentation du  Parc de la Renardière, mais les Etats financiers indiquent en 2016 une baisse du chiffre d’affaire de 10% ,  cela me semble beaucoup, une explication ?

    Par avance merci.

     

     

    #12920

    Julien Enerfip
    Participant

    Bonjour @didier2924,

    La baisse du chiffre d’affaire sur 2016 est due à une baisse de la production comparativement à celle de l’exercice 2015. Il est fréquent, dans l’éolien, d’observer des variabilité de ce type s’agissant du gisement, de la disponibilité des machines et donc de la production. Si l’on regarde les 7 premières années de production, la moyenne se situe à 28 321 800 kWh, 2015 ayant été une année présentant une production supérieur à la moyenne (29 910 450 kWh) et 2016 ayant été une année en dessous de la moyenne (26 756 970 kWh). Rappelons que le parc à déjà présenté des productions similaires à cet exercice 2016 par le passé, en 2010 (26 940 450 kWh) et en 2011 (26 989 040 kWh).

    Très bonne journée à vous et à votre disposition pour toutes autres interrogations,

    Julien

     

    #12934

    bugger
    Participant

    Merci Julien d’avoir pris le temps pour cette réponse.

    Le fait d’avoir un tel espace d’échange est rassurant.

    #12936

    Pascal
    Participant

    @patrick_67

    Merci je vais aller voir ces 2 plateformes Enerfip et Lendosphere

     

    Je suis déjà sur Lendopolis et j’ai déjà investi dans irisolaris

    Je suis également sur Wiseed et me pose des questions sur le projet  21 SERRES PHOTOVOLTAÏQUES. Le taux de 5.5% sur 5 ans me parait trop bas surtout avec la fiscalité française.

     

    #12938

    Patrick_67
    Participant

    Bonsoir Pascal,
    Pour Wiseed : Oui, rendement trop faible, ou durée trop longue!
    Perso, je peux accepter du 5,5%, mais alors sur 2 ans max.
    En net, ça me fait du 3,32%… Avec la flat tax en 2018, ce sera un peu mieux.

    Le problème actuellement est que ces 2 plateformes (Lendosphere et Enerfip) réservent les souscriptions aux populations locales dans un 1er temps sur la plupart des projets.
    Il faut attendre l’ouverture à tous pour pouvoir investir, ou faire partie des populations concernées!
    Sur Lendosphere, ils arrivent presque toujours à boucler les projets avec les seuls riverains (riverains au sens large d’une grande région parfois).
    Si un projet vous intéresse, alors il faut attendre et surveiller le niveau des souscriptions.
    De temps en temps des projets ouverts à tous sont proposés. Je pense que ce sera le cas avec le projet d’éoliennes en Namibie qui sera bientôt en ligne. C’est le second volet d’un 1er projet dont le taux était de 6%. A voir quelles seront les conditions pour celui-ci.

    Sur Enerfip, il y a aussi une réservation aux riverains, mais l’étendue géographique est moins grande, et souvent les projets sont plus importants.
    Le dernier en date, Sainte-Lizaigne, 7% sur 2 ans, était réservé du 1er juin au 8 juillet.
    Sur un plafond de 300 K€, 85000 € ont été prêtés au cours des 6 semaines réservées.
    Et 215 000 € ont ensuite été prêtés dès le 1er jour d’ouverture à tous.

    Il y a un projet similaire, 7% sur 2 ans, en cours : Les Deux Plateaux.
    Je pense, hélas, que la collecte sera terminée avant ouverture à tous parce que la dernière période réservée le sera pour une grande région de 12 départements (Auvergne, Rhône-Alpes), et le plafond du financement n’est pas très important : seulement 120 K€.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 ans et 2 mois par  Patrick_67.
    #12948

    Pascal
    Participant

    @patrick_67

    Merci pour toutes ses informations très précieuses

     

    #12958

    bugger
    Participant

    Je reviens sur le projet de la renardière d’Enerfip, parceque je ne suis pas sur d’avoir bien tout compris à la lecture du (fort touffu) dossier réglementaire. Et ma règle numéro 1 est de ne pas investir dans ce que je ne comprend pas.

    Ici on achète des actions de la société, à 10 euros pièces. Le document réglementaire explique bien que les actions ne seront échangeables (durant les 8 prochaines années) qu’à un tarif revalorisé de 5% par an. Mais je n’arrive pas à voir à quelle conditions la liquidité de ce placement est assurée.

    Le placement le plus proche que je possède est en actions « energie partagée ».

    (plus de détails sur cette société : http://energie-partagee.org/ )

    Chaque année, avant l’assemblée générale, je peux dire que je souhaite vendre mes actions. Si il y a d’autre membres qui sont acquéreurs, l’opération de transfert de propriété peut se faire. Sinon, la société peut racheter les actions, mais à la condition que ce rachat ne dépasse pas un pourcentage défini du capital, avec la règle premier arrivé premier servi. Bref dans ce cas la liquidité n’est pas garantie. Si trop de vendeurs arrivent, seul une partie d’entre eux sera payée. Et la vente ne peut avoir lieu qu’une fois par an, avec un certain formalisme.

    A quel endroit trouve t on la description de ces règles de transferts d’action dans le cas du projet de la renardière? Qui assure la liquidité de ce placement? Sur quelle place de marché? Avec quelles contraintes et limites?

    Julien tu nous a parlé de la mise en place d’une garantie de rachat par les autres actionnaires majoritaires de la société. Peux tu nous en dire plus?

    Par ailleurs j’ai cru comprendre dans le document réglementaire que les actions pouvaient donner lieu à des dividendes. Qui gère le mécanisme de détermination de ces dividendes?

    Par ailleurs, je me pose la question si vous avez corrigé l’erreur sur l’écart entre les montants dépensés/investis que nous avions relevé plus tôt dans cette discussion?

    Questions techniques : Avez vous un système de versionnage des documents réglementaires qui permet de bien distinguer la version officielle du document de référence des versions obolètes? Comment gérez vous la communication de ce type de correction en cours de collecte lorsque le document réglementaire a déjà été communiqué à des investisseurs? Êtes vous soumis à déclaration de ces documents réglementaires auprès de l’ORIAS?

    Merci d’avance pour vos lumières.

     

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 ans et 2 mois par  bugger.
    #13005

    Julien Enerfip
    Participant

    Bonjour @bugger,

    Je te remercie pour tes questions qui permettent de faire avancer le débat. J’en profite aussi pour t’indiquer que le D.I.R. (Document d’Information Règlementaire) est un document dont le contenu et la composition sont définie par la règlementation de l’AMF. Nous sommes conscient du nombre substantiel d’informations et de documents qu’il contient, mais nous pensons qu’il faut aussi y voir une transparence et le désir d’une information exhaustive de l’investisseur potentiel.

    S’agissant de la liquidité des actions et de la procédure que nous avons mis en place pour offrir cet avantage, elle est expliquée à l’article 14 des statuts de la société citoyenne, page 7. Ces statuts font partie des annexes du D.I.R. et sont également téléchargeable via le lien hypertexte situé en page 3 du D.I.R. Afin d’illustrer cette information, je propose ici de mettre un extrait de cette article 14 qui répond à ton interrogation :

    « Jusqu’au 31 décembre 2025 les actions ne sont pas librement négociables. Tout associé souhaitant vendre ses actions doit le faire connaître à la société avant le 31 août de l’année en cours, en adressant à cet effet un courrier au Président de la Société. Ses actions seront proposées en priorité à tous les autres associés de la Société, dans le cadre de la convocation de la prochaine assemblée générale annuelle appelée à approuver les comptes de l’exercice écoulé. Les associés souhaitant faire l’acquisition des actions mises en vente doivent signifier par écrit au Président de la Société et à l’associé cédant leur intention d’acquérir et le nombre d’actions qu’ils souhaitent, au plus tard la veille de la tenue de l’assemblée générale annuelle appelée à approuver les comptes de l’exercice écoulé. En cas de demande plus élevée que les actions proposées à la vente, la répartition sera faite au prorata des actions détenues, ou toute autre répartition convenue d’un commun accord. Cette répartition, proposée par le Président de la Société, sera entérinée lors de l’assemblée générale annuelle.

    S’il s’avère, postérieurement à la tenue de l’assemblée générale annuelle, que l’ensemble des actions offertes au transfert n’ont pas trouvé d’acquéreur parmi les associés, l’associé cédant pourra céder, avant le 31 décembre, ses actions (ou le solde de ses actions) au tiers de son choix pour autant :

    – que la cession intervienne au prix déterminé ci-dessous ;

    – que le tiers en question déclare adhérer aux statuts de la société, au développement des énergies renouvelables et plus particulièrement de l’énergie éolienne.

    L’associé pourra également céder ses actions à la société France Farms ou à la société Parc de la Renardière, en notifiant avant le 31 décembre de chaque année au Président de la Société son intention de céder ses actions à la société France Farms ou à la société Parc de la Renardière. »

    Je précise ici que France Farms est l’actionnaire majoritaire du Parc de la Renardière.

    Il n’y a donc pas de place de marché car la cession se fera soit auprès d’un des autres actionnaires de la société citoyenne, soit (si personne ne se porte acquéreur), auprès de France Farms ou de la société du Parc de la Renardière.

    La détermination des dividendes est la responsabilité des actionnaires de l’entreprise qui décident, en Assemblée Générale (AG), de distribuer ou non le résultat de l’exercice passé. Il y aura donc une AG du Parc de la Renardière qui déterminera les dividendes à verser aux actionnaires suivi d’une AG de la Société Citoyenne Vincentaise (SCV) qui déterminera les dividendes qu’elle distribue à ses actionnaires.

    Je te confirme que l’erreur à bien été corrigée hier.

    Enfin, concernant les DIR, il n’y à pas de questions de version car il n’est pas juridiquement possible de le modifier en cours de collecte ou alors faudrait-il en aviser l’ensemble des investisseurs ayant déjà investit et leur demander d’accepter cette nouvelle version ou bien d’annuler leur investissement. Le DIR est donc le même depuis le début de la collecte et il restera le même.

    Concernant l’ORIAS, nous ne déclarons pas ces documents auprès d’eux. En revanche, l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) nous demande ponctuellement de leur faire parvenir ces documents.

    J’espère avoir répondu à tes interrogations @bugger, et je me tiens à ta disposition pour toutes demandes complémentaires.

    A bientôt,

    Julien

     

     

     

    #13017

    PretPartez
    Participant

    Un point qui est assez pénible avec Enerfip c’est la messagerie. Plutôt que de transmettre le message directement par mail on reçoit un message pour nous aviser qu’un message est arrivé dans la messagerie interne de notre compte. Donc pour chaque message il faut rentrer dans son compte, entrer son mot de passe et aller voir son compte messagerie. Un peu compliqué comme manière de communiquer pour informer d’un simple virement par exemple.

    #13023

    Julien Enerfip
    Participant

    Bonjour @pretpartez,

    Merci pour votre remarque que nous avons prise en compte. La modification sera effective dés aujourd’hui suite à un échange que j’ai eu avec notre équipe informatique. Vous recevrez donc un email par semaine vous indiquant que vous avez des messages non lu le cas échéant, et les messages importants, qui nécessitent une action de votre part, seront envoyé directement par courriel.

    Cela répond-il à votre problématique ?

    Très bonne journée à vous,

    Cordialement,

    Julien

     

     

    #13034

    PretPartez
    Participant

    Je pensais que tout message, quelqu’il soit, soit envoyé par courriel.

    #13043

    Julien Enerfip
    Participant

    Bonjour @pretpartez,

    Nous ne pensons pas que la solution que vous suggérez, c’est à dire celle d’envoyer tous les messages par email, soit une bonne idée. En effet, notre souhait est de limiter les courriels pour alléger les boites mails qui sont déjà tellement sollicitées.

    J’espère que vous comprendrez la raison du compromis que nous avons mis en place suite à votre remarque.

    Très bonne journée à vous,

    Cordialement,

    Julien

    #13044

    PretPartez
    Participant

    @Julien Enerfip Je ne comprends pas bien votre réponse. Actuellement c’est à chaque nouveau message qu’on reçoit un message. Donc il n’y en aura pas plus. Effectivement votre proposition réduit le nombre de courriels.

    #13053

    Léo d’Enerfip
    Participant

    Bonjour @pretpartez

    Je me permets de préciser ce que Julien voulait dire.

    Nous avons fait évoluer notre système.

    Vous recevez à présent directement dans votre boîte interne Enerfip et par courriel, les messages importants (=ceux pour lesquels une action de votre part est requise). Pour les autres messages, nous envoyons juste un message sur messagerie interne, sans notification par courriel.
    Si vous avez des messages non-lus dans votre boîte interne Enerfip, vous recevrez un courriel hebdo vous le signalant. Vous ne recevrez rien si vous n’avez pas de message non lu.
    Est-ce que cette fréquence de notification vous parait acceptable?

    Bien cordialement,

    – Léo

    #13054

    PretPartez
    Participant

    Voilà le mot de ce qui me gène: notification. C’est le contenu du message que je préfère recevoir.

    #13077

    oasis4ever
    Participant

    Pour info depuis 9h ce matin : ouverture de la collecte pour le projet éolien des Deux Plateaux
    aux habitants de la région Auvergne Rhône-Alpes. 7 % sur 2 ans, remboursement trimestriel. Il reste environ 60 k€ de disponible.

    #13080

    calice71
    Participant

    Il y a aussi le projet « ferme éolienne de la sablière » ouverte à tous : 5% sur 5 ans.

    Ça peut paraître peu mais le projet est très avancé, les éoliennes devant produire l’électricité en octobre.

    #13082

    oasis4ever
    Participant

    Oui c’est juste, j’aurais pu aussi le mentionner bien que je n’y participe pas. Le risque est quasi nul mais de mon point de vue 5 ans c’est trop long pour 5 %. Et surtout c’est un remboursement du capital in fine donc les fonds sont immobilisés plus longtemps en échange d’un rendement de 5 % sur toute la durée, contrairement à du 5 % amortissable.

    #13090

    bugger
    Participant

    effectivement: 5% sur 5 ans mais en « in fine », qui plus est (et en obligation junior), cela semble peu profitable, sauf en l’absence d’imposition des intérêts.

    A 30 +17% d’imposition celà ne rapporte pas plus d’interets que mon vieux PEL 2,5%, le risque d’une défaillance et l’immobilisation complète des sommes en plus.

    Même si EnergieTeam est une structure qui a 15 ans d’âge, et que le développement du parc éolien est annoncé comme presque terminé, c’est trop juste. Je passe pour garder ces sommes pour d’autres projets.

    #13093

    Julien Enerfip
    Participant

    Boujour @bugger,

    Je comprend ta réticence sur une durée de 5 ans, on peux trouver cela un peu long. Je voudrais cependant revenir sur les chiffres que tu avances s’agissant de la fiscalité qui s’applique.

    Tu fais mention de 30+17 soit 47% d’imposition qui s’appliquerait sur tes intérêt perçus. Or, la fiscalité qui s’applique aujourd’hui est de 15,5% au titre de la CSG/RDS + 24% au titre du prélèvement forfaitaire sur l’Impôt sur le Revenu, soit un total de 39,5%. En appliquant cette fiscalité, on arrive donc à un taux d’intérêt net de 3,025%, ce qui je pense est sensiblement meilleur que ton PEL. (pour information, notre FAQ assez complète sur la question de la fiscalité est disponible à ce lien : https://enerfip.fr/faq/#gofaqs_fiscalite)

    L’annonce d’une augmentation de la CSG/RDS cet automne ne t’as sans doute pas échappé (on parle de 1,6-1,7 point de plus) pourrait diminuer ce taux net. Cependant, Edouard Philippe à annoncé dans son discours de politique général la volonté du gouvernement de mettre en vigueur, dés cet automne dans le cadre de la loi de finance, une « flat tax » sur les revenus du capital (http://www.journaldunet.com/patrimoine/finances-personnelles/1195522-flat-tax/). Cette taxe plafonnerait à 30% les revenus du capital. Dans notre cas, cela veux dire qu’un taux de 5% brut sur Enerfip pour des obligations engendrerai un taux net de 3,5% net. Pas mal non ?

    N’hésites pas si tu as des questions ou des demandes de compléments, nous sommes à ta disposition.

    Très bonne journée,

    Julien

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 ans et 1 mois par  Julien Enerfip.
30 sujets de 31 à 60 (sur un total de 96)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.