Accueil Forums Crowdlending WeShareBonds WeShareBonds : Une copie de Lendix ?

Ce sujet a 19 réponses, 9 participants et a été mis à jour par  Yoann de WeShareBonds, il y a 2 ans et 8 mois.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 20)
  • Auteur
    Messages
  • #7760

    Mathieu
    Admin bbPress

    La plateforme WeShareBonds vient d’être lancée. Elle annonce une levée de fonds de 3,8 M€ auprès de 50 business angels mais si je comprends bien ce montant permet de co-financer les PME.

    Donc la plateforme se différencie de toutes les autres car :

    • Ce sont des prêts obligataires (à l’instar de Raizers ou Clubfunding par exemple)
    • elle s’intéresse aux PME (CA > 1 M€) et non aux TPE
    • Un fonds co-finance  jusqu’à 200 000 € par projet

    ça me rappelle un peu (beaucoup) la stratégie de Lendix … mais pourquoi pas si ça fonctionne ?

    Les fondateurs sont les bienvenus si ils veulent se présenter ici et venir partager leur vision 😉

    Amis Prêteurs, Vous en pensez quoi ?

     

    #7761

    Pascal
    Participant

    Le site parait intéressant mais rien de bien nouveau et surtout un minimum de 200 euros ce qui pour moi est bloquant

    #7762

    rino33
    Participant

    Après avoir lu vos informations je me suis intéressé à cette nouvelle plateforme. Je n’ai pas su trouver les détails pour participer.
    Depuis près d’un an que j’ai levé le pied dans le crowdlending, j’aimerais retrouver quelque chose de plus sélectif…..

    #7763

    Mathieu
    Admin bbPress

    @rino33

    Depuis 1 an, il y a eu de nouvelles plateformes … avez vous regardé du coté de Lendix ou Credit.fr pour ne citer que les plus grosses ?

    #7770

    rino33
    Participant

    Merci Mathieu, étant Finsquare par ricochet je suis chez Lendix.
    Je n’ai pas l’intention de continuer avec eux. Leur gestion du suivi Finsquare ne me convient pas spécialement.
    A vrai dire je recherche un acteur en qui je puisse avoir totale confiance dans la sélection des dossiers. C’est une chose qui m’est totalement étrangère. Je veux bien investir de plus grosses mises, mais je ne veux plus partir à l’aventure comme avec Unilend. Aussi WeShareBonds me semblait être une opportunité ?

    #7810

    Bonjour Mathieu, bonjour à tous,

    Je vous remercie d’avoir relayé notre lancement.

    Je pense que vous avez tous déjà cerné les éléments importants de notre stratégie, et pourquoi nous avons décidé de créer une nième plateforme de crowdlending, comme certains sont en droit de se poser la question.

    Rino33 établit un constat que nous partageons : il y a un peu plus d’an maintenant, lorsque notre équipe chez Phillimore s’est intéressée de près au crowdlending, nous n’avons pas trouvé la promesse que nous recherchions : une sélection professionnelle de PME, et une transparence de l’information permettant à tout investisseur potentiel d’étudier sérieusement chaque projet de financement. Etant issus nous-mêmes du financement des PME, nous ne pouvions pas prendre de décision d’investissement car nous manquions d’informations. Il y avait donc quelque chose à faire afin de tirer la quantité et la qualité d’information présentée vers le haut.

    Par ailleurs Mathieu le souligne : nous ne finançons que les PME. Pourquoi ? car le risque crédit n’est pas mesurable sur les TPE, contrairement aux PME. Mathieu en parlait dans son article sur Fiben : il n’y a par exemple pas de cotation Banque de France en-dessous de 750.000€ de CA et de 3 ans d’existence.

    Concernant la « copie de Lendix », en effet nous co-finançons systématiquement les PME empruntant sur WeShareBonds : nous alignons ainsi nos intérêts, ceux de nos actionnaires, et ceux de nos clients. Nous sommes actuellement 3 en France à le faire : Lendix, Prêt d’Union (crédit consommateur) et WeShareBonds. Je ne vais pas détailler ici les bienfaits d’un tel système, mais j’espère en tout cas que les copies de ce système se multiplieront, car c’est pour nous un élément essentiel qui assure aux prêteurs que les analystes crédit de la plateforme travaillent dans le même sens qu’eux.

    Il y a encore beaucoup d’éléments importants qui forgent notre vision de ce marché, et qui justifient le lancement de WeShareBonds. Nous allons continuer d’étoffer les pages de la plateforme, afin d’expliquer plus amplement notre concept, et j’espère que nous pourrons vous présenter la plateforme sur crowdlending.fr très bientôt.

    En attendant nous préparons la première collecte (Gravexia) qui démarrera le 25 juin (une fois la procédure d’enregistrement de notre agrément CIP auprès de l’ORIAS terminée). Je vous invite d’ici là à étudier le projet, et à nous faire part de vos retours ; nous échangerons avec vous avec plaisir. Et je reste bien sûr disponible sur le forum de Mathieu pour vous répondre.

    #7830

    Pascal
    Participant

    Pourquoi avoir mis la mise minimum à 200 euros (d’ailleurs si j’ai bien tout regardé bien caché seulement visible dans Support client / FAQ et ensuite investir tout en bas de la page de présentation). Vous vous privez de nombreux investisseurs comme moi qui ne possédant pas des fonds illimités et pour diversifier le risque investissent des montants beaucoup plus petits (pas 10 projets à 200 euros comme vous dites mais plutôt 100 projets à 20 euros)
    De plus il n’y a pas que le risque projets à gérer mais également le risque plateforme ce qui veut dire travailler avec, en ce qui me concerne 5-6 plateformes.
    Donc si vous voulez vraiment intéresser TOUS les investisseurs mettez votre mise minimum à 20 euros

    #7842

    Mwy
    Participant

    Je me fais la même remarque que Pascal.

    200€ au minimum : voilà le meilleur moyen de vous couper d’une bonne partie des investisseurs potentiels …

    J’ai quelques prêts qui oscillent entre 50 et 350€ quand la grande majorité de mes participations est plutôt entre 20 et 50€.

    Comprenez bien que si la petite blinde est à 200€ je ne fais même pas l’effort de m’inscrire sur la plateforme car mes moyens ne me permettront pas de diversifier mes projets suffisamment rapidement.

    Nous sommes à l’ère de l’agilité, du customisable, de la pondération. Pour moi un investissement minimum à 100€ c’est la grande limite, si c’est 50€ c’est mieux, si c’est 20€ c’est de la souplesse en plus.

    #7882

    Je vous remercie pour vos retours.

    Le ticket minimum de 200€ est mentionné à l’arrivée sur la page d’accueil ; il n’est ensuite pas énormément repris à part sur la FAQ, je suis d’accord. Nous le mettons systématiquement sur chaque projet, cependant, conformément à notre agrément CIP et aux exigences de l’AMF en termes d’accès progressif, la plupart des caractéristiques des opérations (dont le ticket minimum) ne sont accessibles qu’une fois inscrit/connecté. Je vous invite à ce sujet, si ce n’est pas déjà fait, à vous inscrire (email/prénom/nom) afin d’accéder aux caractéristiques complètes du projet Gravexia ; j’aimerais recueillir vos retours sur la présentation que nous avons faite du projet si vous le voulez bien.

    Pour le montant des 200€ minimum, nous ne sommes pas fermés. Je comprends qu’une mise de 200€ peut être significative pour certains prêteurs ; de notre côté, nous avons avons établi ce seuil en nous basant sur les statistiques sur le crowdlending, et pris en compte la valeur ajoutée de notre mission de conseil (et donc le temps de notre équipe derrière chaque échange). Nous venons d’expliquer la construction de ces 200€ dans un article de notre blog. Nous pouvons continuer d’échanger ici après la lecture de cet article si cela vous convient.

    #7885

    Pascal
    Participant

    J’ai lu votre article dans votre blog mais il ne m’a absolument pas converti.

    Comme je suppose que vous êtes complètement informatisé, que vous ayez un ou 100 prêteurs le coût de revient est le même. Pour moi ce n’est pas un argument et par expérience le nombre d’appels téléphoniques ou de mail ne va pas être très différents.

    Donc vous vous privez d’environ 20% des prêteurs et bien tant pis pour moi parce que je suis dans ceux la et je le regrette beaucoup car votre approche me plait et ce que j’ai pu voir de vos projet me semble intéressant.

    Et cela tant que vous serez au dessus de 20 euros (j’étudierai peut être la possibilité de venir chez vous à 50 euros mais sans garantie)

    #7886

    LeadMan
    Participant

    Idem que Pascal, il faut que je sois « très » convaincu pour déposer un billet de deux cents euros. Et de surcroit sur une plateforme qui débute son activité

    #7898

    Mwy
    Participant

    Idem que Pascal pour moi aussi.

    1°) faire grossir un portefeuille devient un casse tête (ou demande de renflouer son compte en permanence)

    2°) faire du VIP (ticket d’entrée hors de portée) casse tout l’intérêt de faire du viral (bouche-à-oreille)

    3°) les fonds remboursés ne peuvent plus travailler tant que les précédents n’ont pas rapporté suffisamment – corollaire : en cas de défaut, impossible de réinvestir des gains devenus trop maigres à moins de se re-provisionner

    Je pense que vous pouvez rester sur l’idée d’un ticket minimum élevé, mais il vous faut chercher des solutions pour répondre aux problématiques que cela pose. Des paliers de souscription peut être, ou encore un taux qui évolue en fonction du ticket (c’est ce qu’a choisi HEXAGONe par exemple, même si le secteur est un peu différent)

    #8014

    Pascal, LeadMan, Mwy, je vous remercie pour vos commentaires et vos suggestions, qui nous aident à améliorer notre service.

    Nous comptons beaucoup sur les prêteurs particuliers afin de faire vivre notre service et garantir sa transparence et son accessibilité. Vos remarques sont donc toujours les bienvenues, et nous en tenons compte. Nous avons donc décidé de baisser le montant minimum à 100€, afin d’ouvrir notre plateforme à un maximum de prêteurs. Cette amélioration est en place, et vous pouvez en bénéficier dès maintenant sur Gravexia, notre projet en cours de financement.

    Pascal, j’espère que cette inflexion vous amènera à étudier les PME en recherche de financement sur WeShareBonds, même si nous n’atteignons pas la barre des 50€ que vous nous aviez suggérée. Je ne peux cependant pas être d’accord avec vous sur un point : un ou 100 prêteurs ne représentent pas le même coût pour nous. Nous vérifions chaque profil investisseur, et conseillons nos clients. Vous le vérifierez je l’espère à l’usage.

    LeadMan, si vous êtes intéressé par notre expérience dans la sélection et le financement des PME, je vous invite à visiter le site de Phillimore, la société de gestion dont notre équipe est issue, et par laquelle nous finançons avec succès les PME depuis 2003. Voir les PME financées

    Mwy, je suis d’accord, il s’agit bien de bouche à oreille avant tout, et de favoriser une communauté impliquée et intéressée. Concernant les conditions économiques des prêts et conformément à notre agrément AMF, elles doivent être identiques pour tous les prêteurs : nous devons proposer un taux identique à chaque prêteur, quel que soit le montant de son investissement. Si le sujet vous intéresse, nous pouvons par contre réfléchir ensemble afin de récompenser la diversification.

    #8077

    JLUCMDH
    Participant

    J’ai rencontré Cyril Trémon.

    C’est un bon, un très bon. Tant sur le plan professionnel que sur le plan humain.

    Il sait exactement où il va et s’affiche comme un mini-Lendix.

    Wesharebonds est une plateforme très prometteuse et qui travaille pour être un des incontournables dans 10 ans.

     

    #8090

    Pascal
    Participant

    J’attends que vous descendiez à 50 euros avant de regarder plus en détails votre site

     

    #8091

    Hermine bizar
    Participant

    Entièrement d’accord avec Pascal pour 50 € aussi 🙂

    20€…  j’aimerais bien pouvoir ne mettre que 20 € mais je n’aurais pas assez de projets dans le mois, toutes plate-formes confondues…. :/

    #8329

    Jacquouille
    Participant

    Pourquoi avoir choisi la formule des emprunts obligataires, dont les pertes ne peuvent pas être déduites fiscalement des agios encaissés ?

    #8332

    Les moins-values de valeurs mobilières sont bien déductibles fiscalement. Ce sont des titres, qui entrent dans le cadre traditionnel de la loi, qui prévoyait déjà cette déductibilité avant l’arrivée du crowdlending.

    Depuis janvier 2016 un amendement permet aux prêteurs de déduire les pertes en capital issues de contrats de prêt consentis dans le cadre du crowdlending (cf. article de Mathieu sur le sujet). Le report est d’ailleurs sur 5 ans, vs 10 ans pour les instruments « traditionnels ».

    Il y a donc eu un « rattrapage » de la loi au bénéfice des prêteurs (contrats de prêt) afin de favoriser le crowdlending.

    #8340

    Jacquouille
    Participant

    @Yoann

    Merci.

    En fait, j’avais confondu avec les bons de caisse (Unilend).

    #8347

    Je vous en prie. Je ne sais pas par contre ce qui est prévu en termes de fiscalité sur les futurs mini-bons ; j’ai l’impression que la question est restée en stand-by pour le moment.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 20)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.