Accueil Forums Crowdlending Unilend DICAM France (538 194 705)

13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Auteur
    Articles
  • #2002
    mricnet
    Participant

    L’imprimerie DICAM France sollicite un prêt de 70 000 EUR sur 60 mois via la plateforme Unilend afin de faire l’acquisition d’une machine d’impression numérique à plat.

    Ce projet avait déjà été lancé sur Lendopolis il y a quelques semaines pour 80 000 EUR sur 60 mois et n’avait pas réussi sa levée de fonds, malgré sa notation «A» par la plateforme (moins de 50 KEUR de levé sur les 80). J’ai comparé les chiffres présentés par l’emprunteur : Le CR est identique sur les 2 plateformes en revanche des petits écarts sur certains chiffres du bilan (voir les immos)

    Le point noir du dossier est la baisse du C.A et du résultat d’exploitation, l’activité peine à se développer alors que son C.A est faible (moins de 200KEUR/an).

    Qu’en pensez-vous ?

    • Ce sujet a été modifié le Il y a 4 années, 11 mois par mricnet.
    #2004
    Jacquouille
    Participant

    Outre la baisse du CA, on note que le gérant est le seul salarié de sa boite. Sur 5 ans, comme Unilend ne pratique pas l’assurance DI sur l’entrepreneur, je ne prends pas de pari sur sa bonne santé.

    #2005
    kmdarkmaster
    Participant

    C’est comme prêter de l’argent à une personne que l’on ne connaît pas. Non merci.

    #2028
    LJ
    Participant

    Oui une seule personne, seulement 4 ans la création de la structure, basé sur des « magnets », je ne crois pas en l’avenir de l’impression « physique » de toute façon, je m’abstient, même si j’ai prêté à d’autre avec des comptes comparables.

    On peut penser que si le crowdlending ne fonctionne pas une fois, retenter est synonyme de dernière solution de survie ?

    #2029
    LJ
    Participant

    Sur le site de DICAM tout change :

    Productions, implantation et moyens disponibles :

    La société DICAM France est Implantée en Seine et marne dans une usine de 2600 m² composée d’un espace logisitique
    de 600 m² et d’un espace de production de 2000 m².

    L’unité de production se compose :

    D’un studio PAO design intégré
    * 1 presse numérique papier 32 x 45 cm MINOLTA 6501.

    Un atelier Impression numérique grand format
    * 2 tables à plat ARIZONA 550 XT (250 cm de large) à technologie UV
    (impression roll to roll ou à plat sur tous supports souples ou rigides et jusqu’à 4 cm d’épaisseur)
    * 1 AGFA ANAPURNA XL2
    (impression numérique UV à plat ou en roll to roll jusqu’à 248 cm et 4,5 cm d’épaisseur, 6 couleurs ou 6 + 2 blanc)
    * 1 traceur numérique MIMAKI JV3-160 et divers traceurs EPSON et HP

    Un atelier Sérigraphie
    * 3 lignes 80 x 120 cm avec séchage UV

    Un atelier façonnage
    * 3 Massicots
    * 3 laminateurs
    * 1 table de découpe
    * 2 platines de découpe TITAN 120×60 et 80×120 cm
    * 1 chaîne d’assemblage piqûre
    * 1 assembleuse 8 postes
    * 2 plieuses 4 poches automatique
    * 1 cylindre de découpe
    * 2 bancs de scie (latéral et à plat)
    * 1 tronçonneuse rouleaux de 2 mètres
    * 2 machines à pose d’oeillets
    * 1 perforatrice, 1 pelliculeuse et divers machines de façonnage

    Un atelier Imprimerie Offset
    * 1 presse 52 x 74 cm 5 couleurs KOMORI
    * 1 presse 45 x 64 cm 2 couleurs

    Usine de production et logisitque

    DICAM France :
    Z.A 10 rue de Paris
    77515 FAREMOUTIERS
    France

    #2030
    LJ
    Participant

    Rien de l’usine sur Streetview trop vieux (2009), par contre je ne note rien de capable de travailler des particules métalliques, du neodyne ou des champs magnétiques intenses ou significatifs. Ça peut être sous-traité, à voir.
    Mots clefs du site : Rouleaux magnétiques – Bandes magnétiques – PVC ferreux – Feuilles cartons ferreux – Adhésifs ferromagnétiques – Crochets magnétiques.
    C’est quasi-cohérent mais quid des 1 à 2 salariés. De tout évidence ça ne colle pas aux chiffres ni aux prétentions.

    Il y a quelque chose qui m’échappe, arnaque trop bien faite ou présentation nullissime ? Pas un sous en tout cas sauf si vous voyez mieux que moi.

    Pour finir, je n’aime pas du tout le code source de leur site (sic):
    ‘est destiné au application nécessitant une très forte adhésion’ en meta-description du site est effroyable, je vous passe la suite.

    Gandalf disait : ‘fuyez pauvres fous’.

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 4 années, 11 mois par LJ.
    #2043
    Jacquouille
    Participant

    Seulement 19 k€ d’immo corporelles nettes pour tout ce matériel ???  Leasing ???

    #2046
    mricnet
    Participant

    La levée de fonds est complétée et il reste 9 jours d’enchère inversée… çà va descendre.

    On doit reconnaitre le talent qu’a Unilend pour réussir les levées de fonds ! Pour les prêteurs qui ne font pas leurs due-diligences, une levée de fonds rapide et un taux qui baisse peut leur laisser croire que le dossier serait de qualité. On se croirait sur Ebay lorsque les enchères dépassent la valeur réelle de l’objet convoité !

    #2066
    bgazet
    Participant

    Je ne suis pas car l’ Entreprise repose sur une seule personne sans assurance présentée explicitement aux préteurs.

    #2169
    Francesco
    Participant

    Et pour compléter, Groupama n’est pas encore intervenu sur ce projet… Et n’interviendra probablement pas.

    #2229
    mricnet
    Participant

    J-19h, Groupama n’est toujours pas positionné sur le projet. Cela est rassurant, ils ne gobent pas tout ce que Unilend met en ligne.

    #2236
    Jacquouille
    Participant

    Il arrive que Groupama mette son ticket peu de temps avant le rush final. Wait and see.

    #2237
    Blackhole
    Participant

    J’avais prêté au projet sur Lendopolis, mais le projet n’ a pas été financé.

    Certes dans ce type de projet il y a un risque sur la tête du dirigeant-employé seul à faire tourner la boite, mais c’est très souvent le cas en crowdlending (même si certains sites assurent ce risque).

    Les chiffres Lendopolis donnaient une CAF de 27k avec 23k affectable au projet. Le projet Lendopolis parlait d’une future embauche qui n’est plus mentionnée sur le projet Unilend, lequel est de montant un peu plus faible et parle de nouvelles commandes. Au final, le taux obtenu sur Unilend sera voisin de celui proposé sur Lendopolis.

    Dans les questions posées sur Lendopolis, le dirigeant dit avoir choisi le crowdlending « pour la rapidité de mise à disposition des fonds. » Et il apparait que l’acquisition de la nouvelle machine va permettre de limiter la sous-traitance.

    Au final, ça me semble jouable.

13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.