Comment mieux épargner ? Forums Crowdlending Think Thank du crowdlending [sujet] La sécurité des prêteurs

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Articles
  • #8980
    Mwy
    Participant

    Abordons ici le sujet de la sécurité des prêteurs dans le crowdlending.

    Quelles sont vos remarques, questions, sur la situation actuelle ?
    Selon vous cet aspect devrait-il évoluer ? De quelle façon ?

    Deux aspects de ce sujet ont été identifiés :

    le cas notamment de la disparition d’une plateforme, qui pour l’instant ne s’est je crois pas encore produit (le rachat de Finsquare par Lendix n’étant pas ce que l’on pourrait appeler réellement une disparition)
    et les nombreux cas de défaut des projets de financement, et les pertes et/ou délais que cela engendre pour les prêteurs.

    #9554
    Pascal
    Participant

    Effectivement je pense également que la protection des intérêts des préteurs en cas de disparition d’une plateforme est la priorité des actions à mener avant même les défauts de paiements des préteurs.

    Il faut mettre en place une sorte de back office du recouvrement pour l’ensemble des dossiers de la plateforme qui disparaît. Ce back office assurerait le recouvrement jusqu’aux poursuites judiciaires et autres.

    Il pourrait être l’émanation de l’ensemble des plateformes soit par une cotisation pour la faire vivre (contrat passé avec un organisme ou entité indépendante qui pourrait également assurer la relance pour les petites plateformes), soit rattachée à l’une d’entre elle et financée par les autres.

    En ce qui concerne les défauts des projets il y a deux cas. Des erreurs de gestion et la fraude.

    L’erreur de gestion fait partie du risque que l’on accepte de prendre et est la cause d’un taux plus élevé qu’un placement sans risque. Dans ce cas je pense qu’il n’y a rien à faire.

    Par contre les prêteurs ont besoin d’une protection plus forte dans le cas d’une fraude.

    Je ne connais pas assez le droit pour savoir ce qui est déjà possible de faire mais si quelqu’un dans ce forum est un spécialiste il faudrait commencer à faire l’état des actions possibles pour pouvoir ensuite, soit imposer aux plateformes la marche à suivre, soit faire des propositions pour renforcer la protection des préteurs.

    #9565
    HS1
    Participant

    Bonjour,

    Plus le temps passe et plus on voit des entreprises changer de plateforme pour multiplier les prets successifs au fur et à mesure que les risques augmentent elles passent sur les plateformes un peu moins sélectives en scoring.

    néanmoins le risque du premier prêt est de fait majoré par les second voir troisiéme.

    Pretup depuis récemment annonce à lorsqu’il sait qu’il y aura une nouvelle enveloppe.

    Peut etre que les plateformes pourraient faire signer aux emprunteurs un contrat</span> d‘exclusivité pour disons un an à compter d’un premier prêt.

    Ce contrat serait porté à la connaissance des preteurs ,comme un gage de confiance supplémentaire . Il ne serait pas coercitif et l’emprunteur pourrait le rompre sans pénalité ,Il s’agirait juste d’un gage de confiance donné au préteur!!

    En gros dans le dossier initial on aurait l’info suivante:

    1. l’emprunteur n’ a pas signé de contrat d’exclu avec notre plateforme.
    2. l’emprunteur à signé un contrat d’exclu avec notre plateforme et il y aura probablement une nouvelle enveloppe de X KE.
    3. l’emprunteur à signé un contrat d’exclu avec notre plateforme mais ne pense pas pour l’heure avoir besoin d’une nouvelle enveloppe dans le délais d’un an.

    qu’en pensez-vous?

    #9566
    HS1
    Participant

    Désolé mais la mise en page est horrible.

    En gros je propose que la plateforme et l’emprunteur puisse porter à la connaissance

    des preteurs la signature d’un contrat d’exclusivité d’un an ,et la notion de prochaine enveloppe prévue ou non.

    La non signature de ce contrat ,et l’abscence de nouvelle enveloppe prévue serait de fait un gage de sécurité et de transparence pour les Préteurs.

    Les contraintes pour l’emprunteur seraient nulles meme en cas de rupture ,mais les nouveaux préteurs pourraient alors juger « sur pièce de la bonne foi de l’emprunteur »

    #9568
    Pascal
    Participant

    @HS1

    Très bonne idée j’approuve complètement

     

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 5 années, 6 mois par Pascal.
    #9586
    Mwy
    Participant

    Cette proposition me parait tout à fait pertinente !

    A noter, certaines plateformes proposent déjà cette information lorsqu’elles en sont informées (cas rares) comme par exemple Pascal&Beatrix Decoration chez Unilend (qui détiennent probablement le record du plus grand nombre de prêts participatifs souscris vu qu’ils en établissent en moyenne un tous les 6 mois).

    Il s’agirait donc finalement de faire instaurer par les plateformes une bonne pratique qui consisterait à proposer systématiquement aux porteurs de projets de s’engager sur l’honneur à conserver un comportement raisonné suite à un emprunt réalisé, et à informer les utilisateurs sur cet engagement et sur son respect
    (information des emprunteurs lorsque l’engagement arrive à terme / est rompu)


    @HS1
    , tout comme @Pascal, j’adhère à cette idée.

    Attendons peut être d’autres avis avant d’aller plus loin, mais je crois que la prochaine étape serait de réfléchir à la façon de faire la promotion de cette pratique auprès des plateformes.

    #9594
    Pascal
    Participant

    @Mwy
    Et surtout dans un premier temps de rédiger cette proposition pour la mettre dans nos objectifs ou cahier des charges (peut on appeler ça comme cela?)

    #9617
    Mwy
    Participant

    @Pascal

    Un cahier des charges est un peu trop strict en ceci qu’il sert de recueil principalement d’exigences et des modalités dans lesquelles elles doivent être respectées. Une proposition non contraignante comme celle dont il est question ici porterait plutôt l’étiquette de ‘conseil’, ‘bonne pratique’ ou encore ‘préconisation’ que j’aime mieux en raison de son étymologie et du sens de recommandation publique qu’elle porte.

    On pourrait donc par exemple rédiger cette préconisation dans un ‘guide de la relation plateforme-prêteur’, ou pour choisir un terme plus générique, dans un ‘guide des bonnes pratiques’ ?

    #9627
    Pascal
    Participant

    @Mwy
    Entièrement d’accord avec toi pour préconisation, j’avais mis cahier des charges parce que je n’avais pas trouvé autre chose.
    Ce terme peut s’employer pour l’ensemble des demandes que nous allons formuler que ce soit aux plateformes mais aussi à nos autorités officielles.

    Par contre le terme « guide de la relation plateforme-préteur » ou « guide des bonnes pratiques » ne sont ils pas trop restrictifs car nous aurons également dedans nos demandes à nos autorités officielles (fisc et autres)

    Ne peut on pas faire à coté d’un guide (ou à l’intérieur de celui ci) un recueil de nos préconisations envers nos interlocuteurs (nom à peaufiner)

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.