Accueil Forums Crowdlending Parlons crowdlending en général Lien entre volume de la collecte et taux de défaut

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Articles
  • #18040
    Jérémy
    Bloqué

    Je souhaite  savoir si une plateforme qui augmente sa collecte a des risques supplémentaires  de connaître une forte hausse des défauts ou pas.

    J’ai travaillé sur les chiffres de 6 « grosses » plateformes  en nombre de dossiers financés et j’ai analysé la répartition du nombre de dossiers financés sur la période 2015-2018.

    Par exemple pour Unilend : 116 dossiers financés en 2015, 102 dossiers en 2016, 85 dossiers en 2017 et 41 dossiers en 2018.  La part des dossiers financés en 2015 est de 33.7 % sur l’ensemble de la période, 29.7 % pour 2016, 24.7 % pour 2017 et 11.9 % pour 2018.  Soit 100 % pour le cumul des 4 années. Je retire donc les dossiers ante 2015.

    Je fais les mêmes calculs pour Credit.fr, Prexem, Lendopolis, PretUp et October.

    Puis je calcule une moyenne arithmétique de ces 6 plateformes.

    Ca fait 16.5 % pour 2015, 29.7 % pour 2016, 31.5 % pour 2017 et 22.3 % pour 2018.

    Je calcule un ratio pour chaque plateforme par année.

    Par exemple Unilend a 33.7 % des dossiers financés en 2015 contre 16.5 % pour la moyenne toutes plateformes, soit un ratio de 33.7 / 16.5 = 2.04 pour Unilend pour 2015.

    Ca veut dire quoi ? Qu’Unilend a beaucoup prêté en 2015 et qu’elle a donc moins prêté après…

    Puis je regarde le taux d’incident par plateforme par année, par exemple pour Unilend le taux d’incident est de 20.69 %pour les projets de 2015, 9.1 % pour Prexem, 29.09 % pour Lendopolis…

    Je calcule après une moyenne arithémétique toutes plateformes par année : par exemple 14.4 % de défauts pour les projets 2015, 11.5 % pour les projets 2016…

    Puis je calcule un ratio par plateforme par an : Pour Unilend 2015 : 20.69 % d’incidents en 2015 pour 14.4 % d’incidents toutes plateformes confondues soit un  ratio de 20.69/14.4 = 1.44

    Etc…

    Enfin je calcule une corrélation entre les ratios répartition des prêts par année et ratio surincident de l’année de la plateforme…

    Le résultat est frappant : Sur Unilend, le ralentissement des prêts est bien plus fort que la moyenne des plateformes et le ratio surincident baisse graduellement…

    La même chose pour Lendopolis qui a clairement freiné sa collecte dès 2017 avec un ratio surincident qui baisse aussi fortement

    J’observe le contraire chez Credit.fr, chez PretUp et chez October. Ces plateformes ont beaucoup ouvert les vannes depuis 2 ans avec un ratio surincident par rapport à la moyenne plateforme qui monte en flèche…

    J’en déduis bien que quand un baromètre mensuel indique une hausse forte du nombre de dossiers financés sur une plateforme, bien souvent ça va entraîner beaucoup de casses par la suite, et c’est donc un indicateur qui n’est pas si positif…

    On voit bien que le secteur est condamné. Soit il augmente le nombre de dossiers et ça va faire exploser les défauts avec un risque que la plateforme n’attirera plus les gros prêteurs. Soit il diminue le nombre de dossiers et éloignera chaque plateforme de son seuil de rentabilité…

     

     

    #18041
    Le Glaude
    Participant

    Si j’ai bien compris, les plateformes sont coincées dans une alternative funeste :

    – la stratégie court-termiste d’ouverture du robinet a de fortes chances d’entraîner à moyen-long terme un affaissement de la réputation des plateformes concernées, la croissance consécutive des défauts pouvant finir par éloigner les institutionnels et autres gros prêteurs;

    – la stratégie long-termiste des plateformes plus sélectives va prolonger pour elles la traversée du désert, dans laquelle elles risquent de finir comme Unilend.

    Se peut-il que les premières ou les secondes s’en sortent comme suit :

    1)  les court-termistes profiteront de la disparition des plateformes sélectives, entre-temps mortes de soif dans le désert ?

    2)  les court-termistes prévoient une enveloppe budgétaire pour engager des poursuites pénales contre certains dirigeants indélicats d’emprunteuses en défaut, fût-ce à perte, mais dans le but d’envoyer un message : « On ne nous la fait pas (ou plus…) » ? Ce qui aurait un effet positif à moyen-terme sur le taux de défaut, en éloignant les candidats les plus néfastes, hors aléas économiques véritables;

    3) ou bien certaines plateformes long-termistes pourront tenir le coup sur la durée grâce à une bosse de chameau (c’est-à-dire des business angels et autres actionnaires solides prêts à combler les pertes quelques années encore), et escompter un basculement vers elles des gros prêteurs échaudés des plateformes court-termistes  ?

     

     

     

     

     

     

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 1 année, 9 mois par Le Glaude. Raison: volume, stratégie, plateformes, survie, modèle économique, rentabilité, pénal, actionnaires, business angels
    #18043
    talio38
    Participant

    Excellente analyse henriv.

    Je n’avais pas eu le temps de faire l’analyse chiffrée mais j’avais le même sentiment  que vous confirmez donc sur la base de statistiques indiscutables.

    J’en arrive aussi à la même conclusion que vous à savoir que le crowlending est condamné à moyen terme. Je m’attends à 4/5 disparations pour 2019 (déjà 2 sur 2018 avec unilend et smart angels).

    Le seul secteur qui est viable concerne l’immobilier puisque la on refinance des fonds propres et que la dessus les promoteurs n’ont pas la possibilité de faire appel aux banques.

     

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 1 année, 9 mois par talio38.
    #18045
    Jérémy
    Bloqué

    Merci talio38

    Pour répondre à « Le Glaude » :

    – Il y a une plateforme qui a toujours été court termiste et qui a fait défaut…C’est Finsquare…

    – Il y a une plateforme qui a été au départ court termiste puis avec les casses est devenue plus long termiste et qui a fait défaut : c’est Unilend

    – Je ne serais pas surpris qu’il y ait des long termistes qui finissent par faire défaut ou des long termistes de la première heure puis court termiste après…

    Pour moi il n’y a pas de stratégie plus efficace qu’une autre… mais il y a un marché qui a des équilibres et permet le business ou pas…

    Encore une fois, il faut à la fois suffisamment de collecte et un minimum de taux de défaut pour que cela soit viable. Or les 2 données sont à la fois corrélées positivement et le niveau de collecte est insuffisant pour rester à un niveau de défauts raisonnable.

    Tout dépend des dépenses des plateformes mais bien souvent il faut environ 100 millions d’euros collectées annuellement et un taux de défaut sur le stock max de 4 % (ce qui signifie max 8 % à terme)

    Certaines plateformes ont été « plus intelligentes » dès le départ et ont eu la confiance d’institutionnels ce qui a permis de proposer des prêts en moyenne d’un montant plus important au départ et donc qui a nécessitait moins de dossiers à faire rentrer à collecte identique. Ce qui a permis de faire une certaine collecte sans trop de casses.

    D’autres ont cherché à aller sur d’autres secteurs (immobilier, ENR) ou à financer des entreprises de tailles plus importantes ce qui a priori entraîne en tout cas dans un premier temps moins de défauts.

    D’autres essaient de chercher l’herbe plus verte dans d’autres pays…

    Mais il faut grossir sans trop de risque ce qui est extrêmement compliqué… L’herbe peut paraître plus verte dans l’immobilier ou ailleurs en Europe (tant que les taux sont bas après ça sera une toute autre histoire…)

    Pour moi il n’y a pas de marché idéal avec un équilibre acceptable et si les plateformes ne le trouvent pas en période de vaches grasses (les procédures collectives sont au plus bas au niveau national) quand la conjoncture va se dégrader elles le trouveront encore moins c’est une certitude…


    @talio38
    : sur le nombre de disparitions en 2019, je préfère ne pas avancer de chiffres car certaines plateformes sont sous perfusion et on ne sait pas quand elles vont mourir.

    Disons qu’il y a une plateforme qui n’a plus proposé de prêts depuis un mois et je m’interroge sur son avenir proche… Mais les autres…

    Pour l’immobilier il faut faire très attention… Le marché est très artificiel… et a été très soutenu artificiellement par les politiques des banques centrales qui a fait gonfler les bulles immobilières. Il y a eu beaucoup de constructions ces dernières années, il y a beaucoup (trop) de promoteurs surtout si les mises en chantier reculent fortement…

    Certains me diront qu’on va peut être revenir au niveau d’il y a 4-5 ans pour les constructions et qu’il n’y a rien de dramatique car il y a un retour à la normale.

    Mais le retour à la normale se fera avec un marché qui compte bien plus de promoteurs ou d’entreprises de bâtiment et que ce retour à la normale pourrait se faire avec pas mal de casses (dépôts de bilan).

    J’invite tout le monde à la grande prudence. Les années 2013 et 2014 n’étaient pas bonnes pour Wiseed. Si vous regardez les stats de cette plateforme au tableau : « performances des obligations et titres partcipatifs » vous verrez que pour les 3 projets financés en 2013 d’une durée initiale de 15.51 mois, il n’y a eu aucun capital remboursé et pour les 3 projets financés en 2014 d’une durée initiale de 19.2 mois, il n’y a que 11.22 % du capital qui a été remboursé…

    Donc méfiance…

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    #18046
    talio38
    Participant

    Henriv attention les stats de wiseed mélangent les performances du crowfunding en equity (prise de participation d’entreprises) ou effectivement toutes les opérations de 2013 se sont soldées par une sortie négative et les performances en immo.

    Wiseed n’a,à ce jour, essuyé que les défauts liés au groupe terlat.

    Cdt

    • Cette réponse a été modifiée le Il y a 1 année, 9 mois par talio38.
    #18048
    Jérémy
    Bloqué

    Je veux bien mais pourquoi Wiseed dans son tableau parle de 3 projets financés en 2013 à un taux de 10 % sur 15.51 mois (durée moyenne initiale d’EMPRUNT), d’intérêts prévus…

    Quant on parle d’EMPRUNTS, d’intérêts, de taux de 10 % et de durée en mois, ça ne ressemble absolument pas à de l’equity sinon je ne sais pas du tout ce que c’est l’equity…

     

    Pour moi l’equity, on ne parle pas d’emprunts, on ne promet pas un taux et la durée d’investissement  ne se chiffre pas en mois mais en années et on n’a généralement pas de délai initial de prévu…

    Ca ne colle pas trop…

    Et si ce sont des titres participatifs, du fait des avantages fiscaux (réduction impôt ISF on est en 2013 ou IRPP) il y a une obligation de les garder au moins 5 ans. Donc le délai  initial de 15.51 mois ne colle pas… Et on ne peut pas prévoir avec exactitude un taux de rémunération et certainement pas à 10 %…

    Et pourquoi je ne retrouve pas ces 3 projets financés dans l’historique des projets…

     

    #18049
    talio38
    Participant

    Je conçois que les chiffres ne sont pas cohérents mais je vous invite à aller sur hello corwdfunding site de référence pour le crowd immo. Vous y verrez que wiseed a 2 projets en défaut (terlat) et 5 en retard (dont 2 avec corsea qui sont en cours de régularisation).

    Le seul projet qui date de 2013 et qui est en retard c’est espace rimbaud…

    Par contre je vous l’accorde il y a un vrai problème sur les statistiques affichées.

    #18050
    Jérémy
    Bloqué

    Il faudrait savoir comment hello crowdfunding récupère les chiffres des retards et défauts.

    Si c’est à la base de signalement de défauts de prêteurs ou sur la base des dires de la plateforme…

    Car pour Wiseed pour qu’il y ait défaut il faut procédure collective (peut être uniquement LJ) d’un promoteur.

    Si on a un retard de 3 ans ce n’est pas considéré comme un défaut dans l’univers du crowd immobilier…

    Je ne pense pas que hello crowdfunding vérifie la cohérence de ces chiffres avec les stats de la plateforme sinon il aurait vu le hic pour 2013, 2014 et 2015 (1.54 % du capital remboursé…) Il devrait le faire…

    Et tant qu’on ne sait pas quel loup se cache derrière, il ne faut pas faire confiance à cette plateforme… J’attends des explications.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.